Les albums d’Armand Guérinet, une mine iconographique pour l’étude de l’Art nouveau français

Communication présentée dans le cadre de la journée Photographie et arts décoratifs: modèles, documentations, sources (XIXe-XXIe s.), MAD Paris, le 25 novembre 2021, par Nathanaelle Tressol, doctorante Université de Poitiers (CRIHAM).

Il résulte de son activité éditoriale étalée sur près de quarante ans un vaste corpus de portfolios dont certains sont devenus rarissimes. Notre attention se porte sur la partie de cette production qui reflète la création artistique contemporaine. Après un bref éclairage sur l’identité et la carrière de cet éditeur-libraire parisien et nous abordons les ressorts sur lesquels repose son succès et notamment le lien de collaboration durable instauré avec l’éditeur photographique Le Deley et l’intrication dans un réseau commercial spécialisé autour de l’image.

Il nous faut ensuite considérer l’étendue de ses publications et en particulier de celles consacrées à la reproduction photographique de l’art décoratif de la Belle Époque.

Dans un deuxième temps, nous proposons un point sur l’état actuel de ces ressources iconographiques au sein de la bibliothèque du MAD Paris, en comparaison parfois avec les fonds d’autres centres documentaires français, voire même de centres plus lointains (Royaume-Uni, Allemagne, États-Unis.)

Par cette première mise en lumière de l’éditeur d’art prisé par les collectionneurs, et grâce à la réévaluation concrète du succès de ces portefeuilles propres à diffuser l’Art nouveau en France, nous ambitionnons d’attiser l’intérêt des chercheurs et des archivistes pour le devenir et l’accessibilité de ces publications périodiques.  

I. Armand Guérinet, libraire et éditeur prolifique

Quelques jalons biographiques

En l’absence d’archives privées, la source quasi-unique dont nous disposons au sujet de ce professionnel reste le mémoire de recherche de Noémie Latte, masterante à Paris IV[1], un travail rédigé en 2014 et conservé par la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (Charenton-le-Pont.) L’origine de cette première étude se justifiait par la présence en ce lieu d’un important fonds photographique cédé à l’Etat par Armand Guérinet dans les années 1920. Les autres sources d’informations permettant de compléter au mieux la biographie de cet homme proviennent presque exclusivement de la presse ancienne car, bien que présent dans de nombreuses bases de références en tant qu’auteur ou  éditeur, sa fiche nominative “Guérinet” n’est que rarement créditée d’autres détails que ses dates, adresse et qualité professionnelle.

Le mystère qui persiste autour de sa personnalité et de sa vie privée demeure presque entier tandis que l’étude de ces sources permet de tracer la trajectoire professionnelle d’un libraire et éditeur iconophile tout à fait singulier. Comme le soulignait très justement Noémie Latte dans son introduction, Armand Guérinet n’avait, jusque-là, fait l’objet d’aucune étude ni publication spécifique pour lui-même. Or, la présence de documents iconographiques aussi nombreux que dispersés au sein de plusieurs des bibliothèques d’art parisiennes les plus fréquentées (MAD Paris, INHA, BHVP, bibliothèque Forney, Sorbonne…) fait de ces archives iconographiques une source absolument essentielle pour la connaissance de la période qui court de la fin des années 1880 au milieu des années vingt, soit un reflet partiel de plus de vingt années de création artistique, décoratives et architecturales.

Il faut, en outre, tenir compte dans l’appréciation de l’importance des publications d’Armand Guérinet, du contexte industriel de la seconde moitié du XIXe siècle pendant lequel l’art de la photographie connaît de nombreuses avancées scientifiques et, conséquence immédiate, voit, progresser le commerce de l’image photographique d’une façon exponentielle. Ce phénomène s’ajoute à l’essor de la presse écrite et de l’illustration à la même période.

C’est, d’ailleurs, dans l’étude de François Boisjoly[2] consacrée aux photographes parisiens du XIXe siècle que l’on trouve mention de Guérinet en tant que photographe au 49 rue de Cléry. Une adresse, à laquelle il est également connu en tant que libraire, à peu près en même temps.[3] Boisjoly nous apprend encore que Guérinet travaille comme photographe de studio officiant sur plaque de verre, à partir 1879, date à laquelle il a racheté le fonds de commerce d’un photographe bien connu plus ancien, Charles Marville[4] qui, lui-même, éditait déjà de la photographie d’architecture et des Beaux-Arts[5].

C’est avec assez peu de résultat que les origines familiales d’Armand Guérinet ont été explorées afin de comprendre par quel biais ce dernier, fils d’un marchand de liqueurs, est devenu le libraire et éditeur renommé que l’on sait. Un périodique ancien, le Panthéon de l’Industrie, paru en 1887, nous permet de préciser les débuts professionnels d’Armand Guérinet dans un article intitulé “Maison d’édition spéciale” dont la neutralité journalistique est fortement discutable[6] puisqu’il est de notoriété publique que derrière ce titre pompeux, se cache en réalité une entreprise d’autopromotion financée par les industriels eux-mêmes[7]. On y lit qu’il aurait démarré sa carrière en tant que commis pour une maison d’édition (non dénommée) vers l’âge de douze ans. Cela laisserait entendre que Guérinet n’a non seulement pas suivi d’études secondaires, mais que c’est avant-tout un homme de terrain, ayant gravi les échelons au mérite. Le rachat de la maison Marville, rue de Cléry est explicitement mentionné comme moment clé de l’histoire de la firme.

D’autre part, les divers actes d’état civil relatifs à l’éditeur et à sa famille révèlent une implication conséquente, suite au décès de leur père Joseph Marie Guérinet en 1872, de la plupart des héritiers dans le commerce du livre. Cela comprend la veuve Françoise Robbe Guérinet, qui contre toute attente, ne reprend pas l’affaire de commerce d’alcools mais s’établit en tant que “libraire-mercière”, une association d’activités pour le moins originale.[8] Cela concerne encore deux autres des quatre enfants de la fratrie Guérinet qui, dans les années 1880, déclarent également une activité professionnelle liée à la librairie.[9] Il se dessine donc une véritable affaire de famille, dont l’investissement est probablement structuré autour d’Armand, fils aîné, qui concentre alors comme on l’a vu les qualités de libraire-éditeur et photographe.

La domiciliation professionnelle définitive de l’affaire, rue du faubourg Saint-Martin, se confirme dans l’Annuaire-almanach du commerce de 1888.[10]L’entreprise y occupe vraisemblablement un espace au rez-de-chaussée, suffisamment important pour abriter à la fois les locaux d’édition et un bureau de vente. L’activité perdure jusqu’à la mort du fondateur en 1925 puis l’épouse de Guérinet, née Eugénie Bodereau, succède à son mari sous la raison sociale “Veuve Guérinet” prolongeant la politique éditoriale du livre d’art encore quelques années, avant qu’un certain René Panzani ne reprenne le flambeau de l’édition artistique à sa suite.[11]

Figure 1: Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et
de l’administration […], Firmin Didot et Bottin réunis, Paris, 1907 (T.2), p.2107.

Publications

À partir du fonds conservé à la Médiathèque spécialisée à Charenton, représentant plus de trois mille images sous la forme de négatifs de nature diverse, et à partir de catalogues commerciaux anciens publiés par l’éditeur, Noémie Latte a analysé l’activité photographique de Guérinet, son rôle dans le paysage culturel de l’époque et ses stratégies éditoriales. L’apport inestimable de ce mémoire consiste notamment en un premier inventaire des ouvrages publiés. La liste qu’elle a pu en livrer, qui n’est pas exhaustive, compte déjà plus de quatre cent soixante titres, qu’elle a classés par domaine et catégorie[12]. Les dates d’édition s’échelonnent de fin 1880 jusqu’à 1925, sous le nom propre de Guérinet, et le format des fascicules reste relativement stable. L’évolution de la politique éditoriale tend à augmenter l’intérêt accordé aux objets d’art en général et à l’art contemporain en particulier au cours des dix premières années de fonctionnement de la maison d’édition.[13]

Dans cet ensemble où la valorisation de l’architecture et de l’art ancien est nettement privilégiée, notre intérêt aujourd’hui porte sur les périodiques contribuant par la photographie à la diffusion des œuvres et de l’esthétique de la toute fin du XIXe siècle culturel. Nous ciblons donc essentiellement les portefeuilles de reproductions photographiques montrant des œuvres d’art décoratif exposées pour la plupart à Paris de 1898 à 1914.

Alors, qu’au départ la gravure et la lithographie comptaient encore comme moyens de d’illustration fréquents, très vite, le recours à la photographie se systématise et le format de grandes planches groupées par portefeuilles s’impose comme une formule à succès. La photographie, dans son rapport plus fidèle au réel, s’avère in fine le médium idéal d’information et d’enseignement, du moins le plus attractif. Le texte de ces imprimés se résume souvent à la table sommative des planches contenues dans chaque portefeuille et aux légendes intégrées dans chaque planche; ce texte ne vient plus que comme élément complémentaire, un aspect qui distingue nettement ces ouvrages des revues et journaux où l’image est rare au regard de longs discours descriptifs. Ici, aucun jugement, aucune critique n’est formulée, si ce n’est, en creux, au travers des choix d’œuvres reproduites.

Une des clés de la réussite de Guérinet réside justement dans son association durable avec l’industriel parisien Ernest le Deley, chargé de la réalisation matérielle de la  phototypie. Les reproductions photographiques se font manifestement à partir de prises de vues réalisées par divers photographes, dans le cadre d’un commerce dédié dont nous ignorons les ressorts.

Quant à Ernest Louis Désiré Le Deley (1859–1917), il s’agit de ce photographe imprimeur et éditeur de cartes postales solidement établi en plusieurs points de Paris, dont la marque figure les lettres EDL[14]. C’est bien ce nom qui apparaît systématiquement en regard de celui de Guérinet, dans la partie inférieure des planches.[15]

Guérinet : une attention croissante pour le décoratif

Les premières années sont marquées par des rééditions et des remplois. Armand Guérinet édite par exemple des ouvrages thématiques spécialisés comme celui sur le costume, d’après les dessins de Friedrich Hottenroth, lithographe et peintre allemand, dont le premier volume paraît en Allemagne en 1884. Un succès d’édition phénoménal qui a connu par la suite de très nombreuses rééditions en Europe et qui marque un pas net vers le champ du décoratif, et de l’art populaire, indépendamment de l’architecture. 

Enfin, Guérinet profite de l’opportunité de reproduire en nombre des dessins et gravures déjà exécutés ou commandés à divers artistes, ainsi existe-t-il un étrange Album de la lithographie et de la gravure qui contient tout à la fois des annonces, des affiches et des “travaux de ville”[16]. Guérinet publie également des planches de motifs, des photographies détaillées de plantes permettant leur étude ou encore, des relevés de décorations anciennes très clairement destinés aux ornemanistes.

Figure 2: Animaux, les fleurs, les plantes et leur application à l’art décoratif :
publication périodique, 1ère année, Paris, A. Guérinet, 1890. Gallica, BnF,
bibliothèque Forney Ville de Paris.

Grâce à des arrangements contractés avec d’autres photographes et éditeurs, il rachète le matériau nécessaire pour publier ses planches comme le montre son édition française de Der Moderne stil de Julius Hoffmann Jr, une série de livraisons consacrées à l’art de son temps, objets d’art et mobilier, initialement parue en Allemagne à partir de 1897. La circulation de modèles par l’intermédiaire des photographies assure une diffusion rapide des tendances modernes à travers l’Europe puisque la version française paraît dès 1900.

Concernant justement les arts décoratifs modernes, les salons et les grandes expositions sont une aubaine pour Guérinet qui met au point plusieurs publications thématiques dans la foulée de ces événements. L’Exposition Universelle de 1900 à Paris, lui offre en particulier de quoi constituer plusieurs fascicules: architecture et sculpture, décoration et ameublement. Les planches de ces recueils relatives à la section de l’Union centrale sont, ici, bien connues et utilisées de longue date comme référence concernant la muséographie de l’événement.

Le groupement systématique des photographies par spécialité (sculpture, peinture décorative, orfèvrerie, textiles) et par année montre un choix organisé et cohérent qui affirme les ambitions concrètes de cette entreprise : constituer un fonds iconographique de référence pour les artistes, les professionnels de la conservation ou de la vente, les industriels autant que les amateurs d’art décoratif.

Figure 3: Armand Guérinet, Décoration et ameublement du Pavillon de l’Union centrale des Arts Décoratifs, Paris 1900, (1ère série), pl.29-30-31 (section féminine : Mlles Pataud, Jonnart, Mme Equer)

II. État et importance des collections du MAD Paris relatives aux salons

Vers une collection complète virtuelle, estimation et reconstitution

Définir les ressources effectivement accessibles, nécessitait d’évaluer la valeur documentaire du fonds disponible à la bibliothèque du MAD Paris, musée le plus immédiatement intéressé par ce type de publication et fréquenté par de nombreux étudiants, chercheurs, amateurs et experts. Ce faisant, nous signalons par les manques la manne documentaire que représente l’ensemble de ce qui a été publié sur cette période par l’éditeur et la valeur potentielle d’un corpus qui serait exhaustif…

Suivant cet état des lieux préliminaire, nous pouvons dégager quelques exemples significatifs de la réussite de l’entreprise de Guérinet et insister sur caractère certainement irremplaçable pour notre discipline de ses fameux portfolios photographiques dont la collection complète n’est malheureusement pas disponible en France.

Il est utile de croiser les informations documentaires des bases de données de bibliothèques considérées dans une dimension internationale, telles que Worldcat, avec le travail déjà réalisé au sujet des publications de Guérinet pour proposer une liste cohérente des fameux albums consacrés aux salons contemporains.

Quelques données matérielles et statistiques concernant la collection du MAD Paris.

À l’heure où nous rédigeons, l’interrogation du catalogue de la bibliothèque par le terme “Guérinet” fait apparaître cent-vingt réponses. Pourtant, parmi elles, une grande majorité concernent l’art ancien. Une fois écartés les ouvrages relatifs à l’Exposition universelle de 1900 et aux différentes occurrences du Salon des industries du mobilier (1902, 1905, 1908, 1911), subsistent dix-neuf références ne représentant alors qu’une infime partie de la production éditoriale de Guérinet en matière d’art décoratif contemporain.

Tous ces portefeuilles sont répertoriés sous la cote commune Y1497/. Ils portent ensuite les numéros 1 à 19 respectant leur chronologie d’édition. Leur présentation est assez homogène mais leur volume intérieur est variable puisque l’on compte de quarante à cent-cinquante planches par portfolio.[17]

Nous avons établi qu’ils appartiennent à une série continue débutant en 1898 pour prendre fin en 1914. La collection réellement présente au MAD est donc loin d’être complète, alors même qu’elle représente, à elle seule, un volume supérieur à mille huit cent reproductions d’œuvres, réparties dans ces dix-neuf portefeuilles. Un corpus loin d’être négligeable pour le chercheur et qui pourrait s’étendre encore à la faveur d’acquisitions…

Tableau de l’état de la collection “L’art décoratif aux expositions de…”

dateSéries connues et thématiquePrésence au MAD + description, état et lacunes   Présence dans des collections extérieures
1898L’art décoratif aux expositions des Beaux-Arts (52 pl.)(Nuremberg, All), (MET NY, USA) (Columbia, NY USA)
1899L’art décoratif aux expositions des Beaux-Arts (51 pl.)  (British Library, UK) (Columbia, NY, USA) (Dresde, All. numérisé)
1900L’Art décoratif à l’Exposition des Beaux-Arts de 1900 (136 pl.) La décoration et l’ameublement à l’exposition de 1900, dont : 1e série La décoration et l’ameublement (113 pl.) 2e série ? 3e série (rétrospective ?) (178 pl.) 4e série Les tissus, les tapisseries, les papiers peints (pl.1 à 29 et pl.30 à 121)   5e série La peinture décorative à l’exposition de 1900 (84 pl.)   6e série Détails de sculpture (55pl.)    (Centre canadien d’Architecture, Canada)         Réserve ZF 10   (Paris, Forney, 3 vol.)     (Paris, BnF) (BM Lyon) (Dresde, All. numérisé)   (Stuttgart, All.)   (Stuttgart, All.)
1901La Peinture et la sculpture décoratives aux expositions des Beaux Arts 1ère série (147 pl.) 2e série (158 pl.)    (Columbia, New York, USA) (INHA, Paris) (Amsterdam, NL) (MET, NY, USA)
1902L’Art décoratif aux expositions des Beaux-Arts 1ere série – 1er vol. Bronzes, orfèvrerie, bijouterie, faïences, porcelaines, sculpture décorative, etc. – 2e vol. idem   2e série Peinture décorative, tissus, dentelles (134 pl.)   3e série Mobilier      1ère série vol.1 (pl.1 à 133) Y1497/1 NB: Contient la notice introductive par Edmond Rocher   1ère série vol.2 (pl.134 à 232) Y1497/2   (Manchester, UK)   3e série (pl.1 à 53) Y1497/3  
1903L’Art décoratif aux expositions des Beaux-Arts 1ère série Bronzes, orfèvrerie, bijouterie, faiences, porcelaines, sculpture décorative, etc. – vol.1 – vol.2 2e série vol.1-2 Décorations planes   3e série Dentelles, Broderies 4e série Le Mobilier     Le Salon des Industries du Mobilier. Exposition de 1902, organisée au Grand Palais 2 vol. (217 pl.)    (MET, NY, USA, 2 vol. 268 pl.) 1ère série vol.2 (pl.199-200 à 264) manque table des planches Y1497/4, série incomplète     2e série vol.1 (pl.1 à 105) et vol.2 (pl. 106 à 207) Les 2 vol. réunis, série incomplète, Y1497/5 (Zwickau, All.) 4e série (pl.1 à 71) Y1497/6     (NY Public Library, USA) (Ballerup, DK)  
1904L’Art décoratif aux expositions des Beaux-Arts 1ère série  – Vol.1 Bronzes, bijouterie, objets d’art, sculpture. – Vol.2 Idem 2e série Cuirs d’art, broderies, dentelles, tissus, papiers peints 3e série Peintures décoratives 4e série Mobilier    1ère série vol.1 (pl.1 à 144) Y1497/7 1ère série vol.2 (pl.145 à 275) Y1497/8   2e série (pl.1 à 128) Y1497/9   3e série (pl.1 à 102-103) Y1497/10 4e série (pl.1 à 89) Y1497/11
1905L’Art décoratif aux Salons 1ère série Objets d’art, bronzes, bijoux, céramique, orfèvrerie, sculpture, etc. (76 pl.) 2e série Cuirs, tissus, dentelles, décorations planes (47 pl.)   2nd Salon des Industries du mobilier (et salons de 1905) 1ère série: (pl.1-120) 2e série: (pl.121-258) 3e série: exposition rétrospective, (pl.259-391) Concours du mobilier à bon marché    (BnF, Paris) (MET, NY, USA)       (MET, NY, USA)         Y1498/1/1 et Y1498/1/2 (Cleveland, USA, vol.1 et 2) (Detroit, USA, 3 vol.)   Y1498/2
1906L’Art décoratif aux Salons 1ère sérieBijouterie, joaillerie, orfèvrerie 2e série Ornements, tissus, dentelles (80 pl.) 3e sérieSculpture et sculpture décorative 4e série Peintures décoratives 5e série Mobilier  1ère série 1497/12bis (Manchester, UK)   3e série Y1497/12 4e série (pl.1 à ?…) Manque table des pl. 1497/13 5e série (pl.1 à 87 ?) Y1497/14
1907L’Art décoratif aux Salons 1ère série Bijouterie, joaillerie, orfèvrerie (66 pl.) 2e série Peintures décoratives (53 pl.) 3e série Mobilier (95 pl.)  (MET, NY, USA)   (MET, NY, USA) 3e série (pl.1 à 95) Y1497/15
1908                       1908 1909L’Art décoratif aux Salons 1ère série Bijoux, orfèvrerie, ornementation (146 pl. ) 2e sériePeintures décoratives, décoration, dentelles (88 pl.)   3e Salon des Industries du mobilier 1ère série (pl.1 à 120) 2e série (pl. 121 à 258) 3e série Rétrospective  (pl.259 à 308 et pl. 309 à 391) Concours de chambre style Louis XVI   3e série Mobilier  (MET, NY, USA)   (MET, NY, USA)     (Londres, UK, vol.1)       Y1498/3 (72 pl.)     Y1497/16 (pl.1 à 64)
1909L’Art décoratif aux Salons 1ère série La peinture et la sculpture décorative (98 pl.) 2e série Bijouterie, orfèvrerie, ornementation (121 pl.)  (MET, NY, USA)     (MET, NY, USA)
1910             1910-1911L’Art décoratif aux Salons 1ère série Bijouterie, orfèvrerie, ornementation (102 pl.) 2e série Mobilier (126 pl.) ou (189 pl ?)   3e série Peintures décoratives (101 pl.)   Le mobilier aux salons de 1910-1911  Y1497/17 (pl.1 à 102)   Y1497/18  (pl.1 à 126) (MET, NY, USA 2 vol, 189 pl.) (Cleveland, USA) (MET, NY, USA)   (Paris, Forney)
1911        L’Art décoratif aux Salons 1re sérieBijouterie, orfèvrerie, ornementation (104 pl.) 2e série Peintures décoratives (91 pl.) 3e série Sculptures (86 pl.)    (Cleveland, USA)   (MET, NY, USA) (MET, NY, USA)
1912L’Art décoratif aux Salons 1re série Peintures décoratives (47 pl.) 2e série Bijouterie, orfèvrerie, ornementation (76 pl.)    (MET, NY, USA) (MET, NY, USA)  
1913L’Art décoratif aux Salons 1ère série Bijouterie, orfèvrerie, ornementation (88 pl.) 2e sériePeintures décoratives (79 pl.)  (MET, NY, USA)   Y1497/19 (pl.1 à 79)

Un tableau chronologique nous permet de récapituler l’état de ces fonds au MAD. Il montre une concentration des albums sur les années 1902 à 1907 puis dans une moindre mesure 1910-1911[18]. Certaines années ou certains volumes n’étant pas couverts, pour aider le chercheur, les exemplaires repérés dans d’autres centres documentaires sont indiqués en vert entre parenthèses. Considérant les lacunes des bibliothèques françaises, nous avons dû regarder vers l’étranger, Royaume-Uni, Allemagne, autres pays d’Europe, mais surtout les Etats-Unis où nous avons pu interroger la base de la Thomas J. Watson library, du MET, en apparence celle qui possède la collection la plus riche de ces albums de référence sur l’art nouveau.

Le contenu éditorial est relativement stable, centré d’abord sur les deux salons parisiens annuels (S.A.F. et S.N.B.A.) mais il intègre à l’occasion certaines expositions particulières. Ensuite, dès 1904, sont illustrées également, des pièces présentées au nouveau salon dévolu à la décoration, celui de la S.A.D.[19]

Il apparaît immédiatement que seule l’année 1904, se présente dans son état complet des quatre séries parues, représentant alors cinq portefeuilles et près de 595 reproductions d’œuvres exposées au cours de l’année. Les différents fascicules répertoriés couvrent les champs de l’art du métal (bijouterie, orfèvrerie, bronzes et autres) de la sculpture décorative, du textile et du papier peint, de la peinture décorative et pour finir, du mobilier.

III : Le projet de Guérinet face à la postérité

Cette entreprise éditoriale, qui ambitionnait de s’imposer comme une ressource iconographique de premier ordre sur l’art décoratif contemporain a manifestement tenu ses promesses et, ce, sur le long terme. Plusieurs constats viennent en apporter le témoignage probant.

Postérité immédiate et succès commercial dans un contexte de forte concurrence

La proposition de Guérinet s’avère complémentaire et concurrente de périodiques tels que les grandes revues dédiées à l’art décoratif, mais surtout de publications spécifiques comme le Journal de la décoration (A. Guérinet) ou l’Album de la décoration (A. Calavas.) Rappelons que Guérinet fait également paraître vers 1900 les séries Le document du décorateur et Les documents du sculpteur ornemaniste qui reçoivent aussi un succès commercial.[20]

Les albums de photographies que nous présentons aujourd’hui se distinguent des autres ouvrages par l’utilisation exclusive de photographies d’œuvres réellement exposées, y compris les maquettes et projets de concours, contrairement à des recueils d’idées ou de styles. Ils sont en cela une vitrine historique d’une grande précision spatio-temporelle, certes partielle mais formant déjà un beau corpus.

Sur ce marché concurrentiel de l’édition illustrée du Paris fin-de-siècle, Guérinet a justement fort à faire avec cet autre éditeur qu’est Calavas[21], auto proclamé libraire “des arts décoratifs”, une mention qui n’est pas sans rappeler celle qu’arbore Guérinet le libraire “d’art décoratif” et qui prend même le titre d’“éditeur des musées nationaux”. Des intitulés qui, sans être totalement dépourvus de véracité, n’ont en fait aucune valeur officielle. La concurrence des deux maisons se joue sur des sujets identiques: salons, expositions universelles, documentation artistique professionnelle. L’exemple du portefeuille de Calavas concernant le Mobilier aux salons de 1904 (32 planches en héliotypie) est assez révélateur de ce fait. En définitive, cette offre multipliée profite directement au chercheur et facilite l’étude des pièces exposées puisque le salon de cette année-là, se trouve doublement documenté à partir de prises de vues concurrentes. Donnons-en pour preuve l’ensemble mobilier pour une chambre en chêne et citronnier composé par Maurice Dufrène (1876-1955) et dans lequel la contribution de la brodeuse et licière Blanche Ory-Robin (1863-1942) est difficile à analyser, ces meubles anciens n’étant pas localisés[22]. Grâce aux différents angles de vues de cette installation proposés sur les planches de Calavas (pl.5-6 et 7) et de Guérinet (pl.41 et 42-43), les meubles et les pièces de broderies décoratives intégrées dans le lambris mural de la chambre, peuvent être observées et comparées aux textiles suspendus et aux tissus de siège.

Figure 4: L’art décoratif aux Expositions des Beaux-Arts de 1904 (4e série : le Mobilier), Paris,
Armand Guérinet, 1904, pl. 41.
Figure 5: Le mobilier : salons de 1904. Société nationale des Beaux-Arts. Société des artistes français,
A. Calavas, Paris, 1904, pl.6 et 7.

Concernant la presse, les portfolios de Guérinet reçoivent régulièrement un écho dans les rubriques bibliographiques comme celle de la Gazette des Beaux-Arts avec l’indication des titres, format, et dates de parution. La longévité de la maison d’édition et l’ampleur du catalogue disent avec assez d’évidence le succès remporté par Armand Guérinet à l’heure où les publications fleurissent mais ne connaissent parfois qu’un destin très éphémère.

Enfin, la consécration se fait plus officielle à travers les prix et distinctions remportées au cours de sa carrière. Ce succès se mesure à l’aune de la reconnaissance de ses pairs, les professionnels du livre. Sur ce point, Guérinet gagne sa place dès ses premières années puisqu’il est notamment admis à participer à leur groupe d’industrie dès l’E.U. de 1889. Dans les expositions internationales, il s’impose progressivement comme un acteur majeur de la vie artistique. Il prend ainsi part aux expositions de Chicago en 1893, Bruxelles en 1897 (médaille de bronze), Paris en 1900, Glasgow en 1901 et Saint-Louis en 1904. Là, sa réussite est attestée par un rapport élogieux de son collègue Henri le Soudier.[23]

Mais, fait plus révélateur, après qu’il reçoit une médaille d’or à Liège en 1905, il négocie immédiatement, en homme d’affaires avisé, le droit de photographier et publier un ouvrage sur le mobilier et l’architecture de l’exposition.[24] La suite de sa carrière confirme cet élan ascendant notamment à Milan en 1906 et à Londres en 1908.

Une présence des albums dans les bibliothèques privées et institutionnelles

Les écoles d’art et les ateliers industriels étaient, on s’en doute, les premiers intéressés par ces reproductions photographiques dans un contexte culturel où l’étude et la copie des modèles restait sur le plan didactique un processus d’apprentissage largement plébiscité, y compris en dehors des tenants officiels de l’académisme. Sur cette question de la copie et du modèle, le rôle de l’éditeur a déjà été signalé par le passé.[25] Du côté des architectes en particulier, Guérinet est cité comme l’une des références documentaires importantes, avec d’autres, quant aux ouvrages présents dans l’atelier d’architecture Pontremoli.[26]

Les institutions publiques ne sont pas en reste, tout comme le Musée des arts décoratifs de Paris, plusieurs bibliothèques se sont dotées de ces portefeuilles iconographiques. Celle du Musée royal de Belgique restait, on le voit, attentive aux parutions périodiques et comptait ces albums parmi ses collections au moins pour la période 1901-1905.[27]

Du côté des professionnels, ce sont d’abord les artistes qui sont concernés et si nous n’avons pu établir exactement la preuve de cet intérêt, nous avons cependant des indices attestant la popularité des publications de cet éditeur.

On peut citer, acquis par donation privée au MAD en 2016, quelques planches issues d’un recueil de décorations fantaisistes de Gustave Cleis au dos desquelles René Lalique, encore jeune bijoutier, a pu esquisser ses propres projets.[28]

On connaît encore des portefeuilles adressés à des artistes par Guérinet. Les frères Mougin (céramistes nancéiens) reçurent ainsi un portfolio dédicacé suite à leur participation à l’exposition Lorraine (École de Nancy) de 1903.

En outre, ces publications de Guérinet sont encore régulièrement signalées lors de ventes aux enchères, soit proposées parmi des lots d’ouvrages, soit en portefeuilles isolés.

Postérité actuelle

Qu’en est-il donc de sa postérité contemporaine? Elle est confirmée par la présence dans les dossiers de documentation de musées de certaines planches, un fait qui se vérifie dans nombreux lieux ressources, mais les recueils sont rarement complets.

On la mesure encore dans les références bibliographiques utilisées par les experts et connaisseurs de l’art décoratif. Signalons d’abord les nombreux emprunts faits par l’américain Alastair Duncan dans le but de documenter ses fameux répertoires iconographiques sur les salons parisiens.

Évoquons encore le cas d’actualité de cette banquette d’antichambre dessinée par l’ensemblier Eugène Gaillard pour le pavillon du marchand Samuel S. Bing à l’Exposition universelle de 1900. Un meuble que les experts d’une maison de vente viennent par chance de retrouver chez un particulier à Limoges. La vente imminente (fin novembre 2021) de cette banquette historique nous permet d’illustrer une occurrence de remploi direct par Guérinet d’une planche auparavant publiée par Julius Hoffmann, un complément de documentation bien venu au moment d’identifier la pièce.[29]

Figure 6: La Décoration et l’ameublement à l’Exposition de 1900 (1ère série), Paris, A. Guérinet, 1901. Pl.56 Maison Bing, L’Art Nouveau, 22 rue de Provence, Grande banquette de E. Gaillard.

Enfin, souvenons-nous que ces albums sont quelquefois l’unique ressource à même d’améliorer notre appréhension de certaines artistes peu documentées. En effet, et c’est assez rare pour être signalé, les femmes ne sont pas totalement oubliées de ce panorama artistique et cela s’avère d’un intérêt notable pour qui souhaite éclaircir les carrières féminines. Deux exemples suffisent à s’en convaincre.

Le premier concerne Flore Herbin (1883-1915), une décoratrice parisienne, ancienne élève de l’École nationale des arts décoratifs et dont les projets d’objets d’art, tirés de l’eucalyptus, ont retenu l’attention de l’éditeur lors du salon de 1906. Son nom revient de temps en temps dans les expositions de bijoux et d’objets d’art des années 1900-1910. Le dessin, qui a été reproduit dans l’une des planches d’album de l’année, permet d’apprécier le type de production des jeunes filles formant ces premières générations d’élèves.

Le second exemple, intéresse plus directement le Musée des arts décoratifs en la personne de Noémie Philastre (née en 1869), active vers 1900-1920, qui a pris part à plusieurs concours d’art décoratif (éventails, reliures, cuir ciselé, émail, dessins.) C’est pour ses émaux qu’elle est cependant mieux connue et l’Union centrale a acquis d’elle, en 1902, une coupe verte en cuivre émaillé au motif de monnaie-du-pape. Une pièce, qui est à rapprocher, sur un plan esthétique, de deux gobelets reproduits dans un portefeuille décoratif de A. Guérinet sur les salons de 1904.[30]

Figure 7: L’art décoratif aux expositions des Beaux-Arts 1904 (1ère série : Bronzes, bijouterie, objets d’art…), Paris, A. Guérinet, 1904. Pl. 216 Noémie Philastre, gobelets algues, perce-neige.

Ce fonds est donc extrêmement utilisé, exploité par les historiens et les collectionneurs, depuis longtemps et, comme nous l’avons vu au sujet d’Ory-Robin, il s’avère précieux lorsque une planche d’ensemble de mobilier réserve la surprise d’une œuvre visible en arrière-plan ou dans le reflet d’un miroir…

Quelques conclusions

Tous les aspects techniques de la fabrication de ces portefeuilles n’ont bien sûr pas été élucidés. Il reste bien des questions à explorer et notamment celle des transferts de négatifs, de l’identité des photographes et des intermédiaires. Celles portant aussi sur les conditions matérielles des prises de vue lors des expositions, sur les techniques, le détail des contrats négociés.

Concernant la collection elle-même, il n’est pas inutile de porter quelques remarques sur son état matériel. Nous devons souligner la fragilité du matériau dans sa présentation originelle dans le cadre d’une utilisation que l’on devine intensive. Les manipulations répétées éprouvent la structure des cartonnages d’origine : charnières déchirées, pliures, planches écornées, rubans rompus. Sur des ouvrages centenaires, cela n’est pas surprenant mais cela pose évidemment la question de leur fréquence de consultation c’est pourquoi la voie de la numérisation semble alors toute désignée, avec les avantages que l’image numérique haute définition apporte dans le confort visuel.

Puisque l’utilité de ces albums ne fait aucun doute, c’est surtout les manques et les problèmes d’accès que nous souhaitons pointer en disant les interrogations que soulèvent les récents phénomènes de marchandisation de la ressource numérique en art et sciences humaines. On assiste, en effet, à une multiplication des revendeurs privés de presse numérisée, ce qui n’est pas sans interpeller le chercheur universitaire.

Quelle riposte les documentations publiques peuvent-elles bien proposer? Qu’en serait-il d’un inventaire global facilitant l’accès à cette ressource? D’un répertoire virtuel des lieux de conservation et d’une mise à disposition des tables?

Enfin, peut-on imaginer un projet collaboratif impliquant les centres documentaires d’autres pays afin de reconstituer une collection complète de cette précieuse banque d’image?


[1] Noémie Latte, Un regard photographique sur l’architecture et les arts décoratifs : le fonds d’Armand Guérinet (1852-1925), éditeur parisien, dans les collections de la médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Mémoire de Master d’Histoire : Histoire sociale et culturelle de la France contemporaine – Sociétés, cultures, représentations (XIXe – XXe siècles) Université Paris-Sorbonne – Paris IV, 2014.

[2] François Boisjoly, Répertoire des photographes parisiens du XIXe siècle, Paris, Éditions de L’Amateur, 2009.

[3] Adrien Jean Quentin Beuchot, Bibliographie de la France, Feuilleton n°6, 5 février 1881, Paris, Au cercle de la Librairie, p.220. “ A. GUÉRINET, LIBRAIRE, 49, rue de Cléry. Demande un jeune homme pour faire les courses.”

[4] François Charles Bossu (1813-1879), dit Marville, fut d’abord un peintre-graveur puis devint photographe et se spécialisa dans la photographie d’architecture. On lui doit de nombreux clichés du Paris ancien, notamment au moment des transformations haussmanniennes. Information confirmée par la base IdRef : Guérinet Armand / Photographe de studio, succède à Charles Marville en 1879. Reprend les activités de photographe des Musées nationaux. Collabore avec Adolphe et Georges Giraudon pour une bibliothèque photographique. Adresse d’atelier : 49, rue de Cléry, Paris.”

[5] Monique Le Pelley Fonteny (dir.), Adolphe et Georges Giraudon. Une bibliothèque photographique, cat. expo, Paris, Somogy, 2005.

[6] Stevens, “Maison d’édition spéciale”, Panthéon de l’Industrie, n°662, 3 novembre 1887, p.373.

[7] L’Annuaire de la presse, 1ère année, 1880, p. 109, clarifie la nature de cette publication : « ce journal, fait en vue des expositions, n’a aucune attache sérieuse dans l’industrie parisienne. Organe de réclame et rien de plus. Les annonces financières seules sont admises, dit le journal ; mais tous les articles ne sont que des annonces payées.”

[8] Selon Noémie Latte, et d’après le témoignage laissé dans un rapport critique par Henri Soudier, lui-même libraire, la fondation de la maison d’édition remonterait à 1872 ou 1873. Aucun ouvrage ne portant cette date n’a encore été identifié. En revanche, la date de 1878 correspond à celle où Françoise Célina Robbe veuve Guérinet déclare son commerce de librairie à l’Enregistrement fiscal.

[9] Une hypothèse crédible serait qu’elle acquiert un brevet de libraire au profit de son fils, Armand, encore mineur et qu’elle le laisse gérer l’affaire. En 1883, au mariage de son fils Alfred, Mme Veuve Guérinet, domiciliée 104 rue des Amandiers à Ménilmontant avec son autre fils Albert, y est en tous cas déclarée libraire de profession. D’autre part, Alfred Guérinet, âgé alors de 27 ans, est qualifié de représentant en librairie. On connaît justement plusieurs ouvrages édités par Armand Guérinet manifestement distribués via un point de vente tenu par son frère Alfred qui portent l’étiquette du libraire avec mention : “Alfred Guérinet, représentant en librairie, 38, rue de l’Entrepôt, Paris.” Plus tard, toujours libraire, il sera installé rue de la Fidélité. De même, la benjamine de la fratrie, Aline Eugénie est déclarée libraire à son mariage en 1883, résidant 104 rue des Amandiers avec sa mère qu’elle assiste sans doute dans cette fonction.

[10]  Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers : Firmin Didot et Bottin réunis, 1888, p.1520.

[11] N. Latte, Mémoire de recherche, op. cit., vol.1

[12] N. Latte, op. cit., annexes 1 et 2.

[13]  Le Deley, il faut le noter, s’était lui aussi assuré solide une réputation dans le domaine de l’architecture au moins, grâce à ses albums de photographies telles que la série de la France pittoresque et monumentale, publiée vers 1900 et dont l’album de 32 heliotypies Paris, Versailles semble avoir rencontré un franc succès. De même que celui consacré aux seuls monuments parisiens, Paris, paru en 1901 et dont de nombreux exemplaires se retrouvent de nos jours à la vente chez les antiquaires.

[14] D’après les sources proposées par certains amateurs et collectionneurs de cartes anciennes : “Ernest Louis Désiré Le Deley : Grand comptoir de la CPI, 127, Bd Sébastopol et 1 rue Tracy, Paris. Usines ou ateliers 11 & 13 Rue des Arquebusiers et 73, rue Claude Bernard. Sigle ELD. Symbole : Ancre de marine traversée par un ruban ELD. L’entreprise, reprise par les fils d’ELD disparaît entre 1925/30.” https://www.cparama.com/forum/editeur-ernest-louis-desire-le-deley-eld-et-siron-t757.html

La maison Le Deley a une existence à peu près synchrone de celle de l’éditeur, et outre qu’elle pratique également le commerce de la photographie d’art, l’architecture constitue un de ses débouchés de prédilection.

[15] Sur l’imprimé éphémère, voir Michael Twyman, https://rbm.acrl.org/index.php/rbm/article/view/294/294, vérifié le 30/04/2022.

[16] Lorsqu’ils sont complets, ces portefeuilles se présentent sous leur forme d’origine : une couverture cartonnée à rubans noués, une planche de titre puis une ou plusieurs planches de table listant les numéros, les artistes et les titres ou la nature des ouvrages précèdent les planches photographiques.  

[17] Or, cet état ne résulte pas du mode d’acquisition des recueils puisque ceux-ci sont entrés à la bibliothèque à des dates différentes ; certains par don de l’éditeur, d’autres reçus de la part de membres de l’Ucad. Source : Registre des enregistrements à partir des numéros d’enregistrement portés sur les ouvrages, bibliothèque MAD Paris.

[18] La Société des Artistes Décorateurs (S.A.D.) est établie en 1901 et tient sa première exposition à Paris au palais des Beaux-Arts de la ville de Paris en 1904. Le deuxième salon a lieu en 1906 au musée Galliera.

[19] Nous avons brièvement évoqué l’abondance de tels ouvrages sur la période considérée. Un travail de recensement a été mené sous un angle proche en ce qui concerne les ressources de la bibliothèque de Nancy, une ville connue pour l’importance de son mouvement régional Art nouveau centré autour de la figure tutélaire d’Emile Gallé. Les albums de modèles décoratifs sont très nombreux dans les bibliothèques de l’École de Nancy, d’après ce que constate Astrid Mallik. Voir: Astrid Mallik, 11/09/2014, “Revues et albums décoratifs pour les arts industriels : la collection Art nouveau de la bibliothèque.”, Épitomé, Histoire et collections de la Bibliothèque de Nancy, https://epitome.hypotheses.org/744, vérifié le 30/04/2022.

[20] Jérémie Cerman. Maurice Dufrène : de La Maison Moderne aux premiers ensembles mobiliers. Un début de carrière au temps de l’Art nouveau. Arts nouveaux, Association des Amis du Musée de l’École de Nancy (AAMEN), 2020, Hors-série “ Art nouveau et industrie d’art ”, pp.6-12. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-03206434, vérifié le 02/05/2022.  

[21] Ministère du commerce, de l’industrie & du travail, Eugène Ternisien (tapissier-décorateur, rapporteur), Rapport du jury classe 71, Exposition universelle et internationale de Liège 1905, p.17-18: “M. Guérinet, libraire-éditeur, 140, rue du faubourg Saint-Martin, Paris. – Médaille d’or. – M. Guérinet, éditeur d’ouvrages spéciaux pour toutes les industries du meuble, expose deux tableaux où se trouvent des spécimens de cinquante publications diverses pour les fabricants de meubles, tapissiers, décorateurs, sculpteurs, qui y trouvent quantité de documents anciens et modernes, édités avec soin et à bon marché. Sa collection de documents pour les ouvriers d’art est de quarante mille clichés environ. L’éditeur Guérinet va faire paraître un bel album de la Classe du mobilier à Liège, ce sera un magnifique souvenir d’une Exposition où se trouvent les premières maisons de l’art décoratif français.”

[22] Rosnier-Leconte, Marie-Laure. Dessins d’école, bibliothèques d’ateliers : une affaire de copies In : Bibliothèques d’atelier : Édition et enseignement de l’architecture, Paris 1785-1871 [en ligne]. Paris : Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2011 (généré le 20 novembre 2021). <http://books.openedition.org/inha/3187>. ISBN : 9782917902783. DOI : https://doi.org/10.4000/books.inha.3187.

[23] Lesquins Noémie. 2002. La bibliothèque de l’atelier Pontremoli : fragments d’histoire des bibliothèques des ateliers d’architecture de l’École des beaux-arts. In Bouvier, B., & Leniaud, J. (Eds.), Le livre d’architecture, XVe-XXe siècle : Édition, représentations et bibliothèques. Publications de l’École nationale des chartes. doi :10.4000/books.enc.1144. “La proximité géographique des maisons d’éditions et librairies spécialisées en architecture font supposer que l’atelier se fournissait directement chez elles : Auguste Vincent, qui devient Vincent et Fréal puis Vincent, Fréal et Cie, située au 4, rue des Beaux-arts; Ducher et Cie qui devient Charles Massin, au 51, rue des Écoles ; A. Morel, au 13, rue Bonaparte ; la librairie des Arts décoratifs A. Calavas, au 68, rue Lafayette ; la librairie Armand Guérinet, au 140, faubourg Saint-Martin.”

Garric, Jean-Philippe (dir.). Bibliothèques d’atelier : Édition et enseignement de l’architecture, Paris 1785-1871. Nouvelle édition [en ligne]. Paris : Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2011 (généré le 20 novembre 2021). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/inha/3183>. ISBN : 9782917902783. DOI : https://doi.org/10.4000/books.inha.3183.

[24] Ville de Genève, Musée des Arts décoratifs, Catalogue de la bibliothèque consultative, Supplément N°2, Genève, 1906, p.29.

[25] Acquisition récente de dessins de bijoux de René Lalique gravés par Gustave Cleis (dessinateur graveur alsacien) dans le portfolio Essais. Fantaisies décoratives, édité vers 1900 (non répertorié) et comportant, au verso des planches, des esquisses de Lalique, entré au Musée MAD Paris et cité in Rapport d’activité 2016 – Musée des Arts Décoratifs, https://madparis.fr/IMG/pdf/ra_ad_26-06.pdf, vérifié le 02/05/2022.

[26] Maurice Guillemot, “Le mois artistique. Exposition des femmes artistes (Galerie Georges Petit)”, L’Art et les artistes, 1907, p.543. “Mlle Philastre ornemente d’algues et de poissons un gobelet émail, fait d’un calcéolaire une boucle de ceinture en argent, sculpte des ronces sur une plaque de cou en corne, cisèle aussi des cuirs, a une vitrine intéressante.” NB : Noémie Philastre expose simultanément des émaux avec le groupe féminin des “Quelques” (Galerie des artistes modernes.)

[27] Voir l’un des catalogues : Catalogue de la Librairie artistique Armand Guérinet, Paris, Imprimerie typographique R. Meunier, 1889, qui répertorie déjà au moins 140 titres publiés, classés par thèmes, styles et usages.

[28] À l’heure de réviser cette communication pour sa publication en ligne, la situation a évolué. Le MAD Paris s’est en effet porté acquéreur de la banquette par préemption lors de la vente. Voir l’actualité de cette opération relatée dans: https://www.gazette-drouot.com/article/preemption–la-banquette-art-nouveau-deugene-gaillard-pour-le-mad/29998, vérifié le 02/05/2022.

[29] D’après la BnF, l’activité des frères Calavas, éditeurs parisiens installés au 68 rue Lafayette, dure de 1875 à 1930 environ. Source : https://data.bnf.fr/15644324/calavas_freres/, vérifié le 02/05/2022.

[30] Ministère du commerce, de l’industrie des Postes et des Télégraphes, Exposition Internationale Saint-Louis (U. S. A.) 1904, Section Française, Rapport des Groupes 17 et 18 Librairie, Musique, Reliure et Cartographie, rapporteur : Henri Le Soudier, Libraire-Éditeur, Paris, CFEE, 1906, p.73: “Tels sont les livres publiés par la librairie Armand GUERINET, dont la.fondation remonte à près de 35 ans et qui a publié plus de 300 ouvrages documentaires pour les architectes, les peintres, les sculpteurs et les industries d’art. L’ensemble de ces publications représente plus de quarante mille phototypies publiées et réparties sur des ouvrages qui sont d’une valeur documentaire incontestable.”


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search