Livres et filigranes : pour une chronologie du projet éditorial de Claude-Nicolas Ledoux

par Séverine Guillet, doctorante
Université Paris-Nanterre, ED 395, HAR EA4414, Labex les Passés dans le Présent

Les filigranes, ces marques que les fabricants de papier, dès le XIIIe siècle, imprimaient sur chaque feuille lors de sa fabrication, nourrissent de nombreux espoirs chez les chercheurs, dès lors qu’ils essaient de dater des œuvres réalisées sur papier. C’est ce qui nous a menée sur ce terrain dans le cadre d’une thèse de doctorat portant sur les gravures exécutées sous la direction de l’architecte Claude-Nicolas Ledoux (1736-1806) durant les trente dernières années du XVIIIe siècle[1]. Terrain prometteur, certes, mais difficile d’accès et jonché d’obstacles.

Ces gravures sont, pour la très grande majorité, réunies dans des livres ou dans des recueils factices. Cent-vingt-cinq planches ont été publiées en 1804 par Ledoux, dans L’Architecture considérée sous le rapport de l’art, des mœurs et de la législation, où elles sont accompagnées de deux-cent-quarante pages de texte. En 1847, Daniel Ramée a publié deux tomes composés de deux-cent-trente planches inédites et de soixante-dix planches déjà présentes dans l’ouvrage de 1804. À ces publications, nous ajouterons dans le cadre de cet article, les cent-quarante-cinq planches réunies dans un recueil de la collection de Jacques Doucet, conservé à la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art[2], et les quatre-vingt-cinq planches du recueil de la Biblioteca Sarti[3].

L’objectif de notre recherche est d’aboutir à une meilleure compréhension d’ensemble du projet éditorial de Claude-Nicolas Ledoux, un projet colossal, préparé pendant plus de trente années avec au moins trente graveurs, et resté inachevé à la mort de l’architecte. Que peut donc apporter l’étude des filigranes à cette compréhension de l’objet, ou plutôt des objets – livres, recueils et estampes volantes – qui sont à la fois le témoignage et le résultat de cette longue gestation ?

L’intérêt des filigranes dans le cadre d’une étude d’œuvres réalisées sur papier est évident. Il s’agit en effet de signes tangibles et indélébiles, imprimés presque systématiquement dans la matière lors de sa fabrication. Ces signes sont porteurs de différents types d’informations. Le filigrane peut tout d’abord révéler le format de la feuille. C’est ce que l’on appelle la marque. Il faut alors se référer aux noms des formats traditionnels français. Par exemple, un colombier signifie qu’il s’agit d’une feuille de format grand colombier, c’est-à-dire une feuille mesurant 858 x 574 millimètres selon le tarif de 1741[4]. Sur les papiers observés dans le cadre de notre étude, la marque est apposée au centre de la moitié supérieure ou inférieure de la feuille.

Mais le filigrane peut aussi être la signature du fabricant. C’est ce que l’on appelle la contremarque[5]. Selon les modes et les règlements successifs, il peut s’agir d’un symbole, souvent accompagné des initiales du fabricant, ou bien de la première lettre du prénom et du nom complet, éventuellement accompagnés d’une indication sur le lieu de fabrication, sur la date, ou bien sur la qualité du papier – fin, moyen ou bulle. Cette contremarque a pu être observée, sur les papiers qui nous intéressent, au centre de la moitié opposée par rapport à la marque, ou bien sur l’un des grands côtés de la feuille[6].

Une fois mis en lumière, que faire de ces signes que l’on a, dans le meilleur des cas, pu photographier ? Selon Pierre Delaunay, « le principe de l’identification repose […] sur le rapprochement de l’inconnu avec le connu[7]. » Dans notre cas, l’inconnu est le filigrane repéré sur la feuille d’une estampe. Le connu est quant à lui consigné dans un certain nombre de catalogues de filigranes recensés sur des papiers portant une date[8], ou bien d’études plus ponctuelles, où des filigranes sont reproduits[9]. Dans l’idéal, une fois le rapprochement effectué, la littérature peut fournir des informations sur le fabricant du papier, et notamment sur sa période d’activité. Mais l’identification n’aboutit pas systématiquement. De plus, il convient de ne jamais oublier qu’il s’agit là d’informations concernant la fabrication du support de l’œuvre, la feuille de papier, et non la conception ou l’impression de l’œuvre elle-même.

Parmi les filigranes observés dans le cadre de notre étude, certains, très rares, comportent une date. Par exemple, dans le recueil de la collection Doucet, l’estampe représentant les plans du rez-de-chaussée et de l’entresol du château d’Eyguières (folio 77) est imprimée sur une feuille dont le filigrane porte la date de 1773. Mais cela ne veut pas dire que l’estampe date de 1773. Cette date est, probablement[10], celle de la fabrication de la feuille, et non celle de l’impression de l’estampe. Par exemple, Edward Heawood a repéré le même filigrane sur un document imprimé à Paris en 1778[11]. Cela pose la question du délai d’écoulement du papier. Selon Pierre Delaunay, pour les sortes les plus courantes : « les calculs statistiques […] ont conduit à admettre qu’au cours des cinq premières années [suivant leur fabrication] 54% des feuilles avaient été utilisées ; au bout de dix ans, 80% ; et enfin, après quinze ans, le stock vendu l’était à 90%[12]. » On en déduit que la planche étudiée n’a pas été imprimée avant 1773, mais aussi qu’elle peut l’avoir été une dizaine d’années plus tard.

Au-delà du décalage entre la fabrication de la feuille et son utilisation, l’identification même des fabricants reste incertaine. Quelques filigranes repérés livrent des initiales qui n’évoquent, en l’état actuel de nos recherches, aucun fabricant précis. Parfois, ces initiales sont accompagnées d’un symbole qui peut fournir des indications sur la provenance du papier. Par exemple, le cœur est considéré comme une marque de fabrique des papetiers d’Auvergne. Rien d’étonnant à cela dans le cadre de notre étude : le papier fabriqué à Ambert était particulièrement apprécié des imprimeurs d’estampes pour sa qualité[13]. Toutefois, il convient de rester prudent : le cœur a pu être utilisé par des fabricants d’autres régions, de façon certes moins systématique ; ou encore par des fabricants originaires d’Auvergne et installés dans une autre région[14].

On l’a compris, les filigranes ne nous permettront pas de fixer la date d’impression et encore moins la période de conception des estampes que nous étudions. Toutefois, ils peuvent nous livrer des informations précises sur la façon dont les ouvrages qui réunissent ces estampes ont été composés, que ce soit en 1804 ou, plus encore, en 1847.

     B. Richard / d’Ambert du Puy / de Dôme / Moyen. Filigrane de Benoît Richard, relevé à Paris, INHA, Bibliothèque, collection Jacques-Doucet, FOL-RÉS-169-1, pl. 17.

Le papier qui a servi à l’impression des planches publiées en 1804[15] provient de la papeterie de Benoît Richard (1754-1821), fabricant et négociant installé au lieu-dit des Maix, près d’Ambert[16]. Dans les exemplaires consultés[17], on relève deux contremarques différentes, appartenant toutes deux à ce fabriquant. La première (fig. 1) est quasiment inconnue des répertoires de filigranes. Seul Pierre Delaunay en a identifié un relativement proche dans un atlas publié à Paris en 1791[18]. Dans cet atlas, cette contremarque est associée à une marque représentant un colombier, alors que la marque des planches publiées par Ledoux en 1804 est un chapelet, soit un format légèrement inférieur au grand colombier. La seconde (fig. 2) serait quant à elle la marque de Benoît Richard durant le Premier Empire[19]. Cela signifierait que certaines planches venaient tout juste d’être imprimées lorsqu’elles ont été publiées. En l’état actuel de nos recherches, ces contremarques de Benoît Richard n’ont en tout cas pas été relevées sur des estampes correspondant à des états antérieurs par rapport à celles qui ont été publiées[20].


F / B  R. Filigrane de Benoît Richard, relevé à Paris, INHA, Bibliothèque, collection Jacques-Doucet, FOL-RÉS-169-1, pl. 22

Les filigranes nous apportent aussi un certain nombre de connaissances sur le fonds dont Daniel Ramée a hérité à une date et selon des modalités encore inconnues. À sa mort, Ledoux lègue à Pierre Vignon toutes les gravures et estampes qu’il possède[21]. Deux mois plus tôt, il avait vendu son ouvrage, alors désigné sous le titre L’Architecture de C. N. Ledoux, au même Vignon, pour la somme de 24 000 francs[22]. Que signifie exactement la mention « son ouvrage » ? Est-ce le manuscrit, ou bien des exemplaires imprimés, reliés ou non ? Ou encore des planches et / ou des cuivres ? Cela n’est pas précisé dans l’inventaire après décès des papiers de l’architecte. Mais les filigranes qui apparaissent dans les ouvrages publiés quarante ans plus tard semblent indiquer que ce fonds constitué aussi bien par « l’ouvrage » que par « les gravures et estampes » était relativement hétérogène. Les deux exemplaires non reliés de l’édition de 1847, constitués des bons à tirer signés par l’éditeur, Lenoir, et conservés à la Bibliothèque nationale de France[23], sont à ce titre particulièrement révélateurs. On y relève trois catégories de filigranes.

Un premier ensemble est constitué des soixante-dix planches qui avaient déjà été publiées en 1804. Ramée a probablement hérité d’exemplaires supplémentaires, qu’il a placés dans son ouvrage. Ainsi, sans surprise, ces soixante-dix planches présentent les mêmes filigranes que dans les ouvrages publiés en 1804, c’est-à-dire le chapelet ainsi que les deux contremarques de Benoît Richard. Sur ces planches, comme dans l’ouvrage de 1804, les lettres « pl. », qui précèdent le numéro de la planche, sont gravées. Toutefois, le numéro initial a été effacé – la surface du papier apparaît légèrement abrasée à ce niveau – et un nouveau numéro a été ajouté au crayon.

Ensuite, trente-quatre planches portent soit la marque du format grand colombier, soit une contremarque de Benoît Richard (B ♡ R, sans le F), soit enfin la contremarque d’un autre fabriquant auvergnat : M. Filliat[24]. Ces planches ont un autre point commun : les lettres « pl. », qui précèdent le numéro de la planche, ont été gravées, et le numéro a été ajouté au crayon. Sur certaines planches, un ancien numéro a été effacé. Cela pourrait signifier que ces planches avaient déjà un emplacement précis, peut-être dans le deuxième tome du projet éditorial de Ledoux ; deuxième tome dont la souscription était annoncée en novembre 1806, peu avant la mort de l’architecte[25].

Enfin, les planches restantes présentent soit le nom ARCHETTES, soit un écu couronné et portant les lettres AM. Ce fabricant de papier est le seul que nous ayons repéré hors d’Auvergne : il se situe en Lorraine, près d’Épinal[26]. À partir des années 1830, les moulins d’Arches et d’Archettes produisent des papiers à la machine imitant le papier vergé fabriqué à la forme, au moyen d’un rouleau-vergeur que l’on passe sur le papier encore humide[27]. On comprend ainsi pourquoi Ramée, ou l’un des possesseurs successifs du fonds légué à Vignon, s’est tourné vers ces imitations de papier ancien pour insérer, à côté de planches tirées du vivant de Ledoux, de nouvelles planches qui n’ont donc probablement pas vu le jour avant les années 1830.

Un autre cas intéressant mérite ici d’être analysé. Il s’agit des deux volumes publiés en 1847, conservés à la bibliothèque du Musée des Arts Décoratifs[28]. On y repère deux catégories principales de papier[29]. Premièrement, les planches qui figuraient déjà dans l’édition de 1804, ainsi que celles qui étaient peut-être destinées au deuxième tome, sont imprimées sur un papier qui présente toutes les caractéristiques d’un papier vélin, avec une texture homogène, sans vergeures, et un aspect velouté au toucher. Or Ledoux annonce bien dans son Prospectus diffusé en 1803, qu’il est possible de souscrire à une version en papier vélin des planches, avant la lettre, pour vingt-quatre louis – contre douze louis pour la version en papier vergé et avec la lettre[30]. Les planches insérées dans la publication de Daniel Ramée seraient-elles un héritage de ce projet ? Signalons toutefois que la lettre figure bien sur ces planches.

Pour les autres planches, on ne retrouve pas le filigrane des moulins d’Archettes, mais celui d’une célèbre famille de fabricants auvergnats : les Dupuy de la Grandrive. On lit en effet, tout en haut ou tout en bas de chacune de ces feuilles, du côté de la reliure, les lettres majuscules « T DU » d’un côté, et « PUY » de l’autre. Il s’agit du filigrane adopté par Pierre-François-Thomas Dupuy[31], qui hérite en 1823 de la manufacture fondée par Thomas Dupuy au début des années 1660[32]. En 1823, lorsqu’il reprend la direction de la fabrique, Dupuy est confronté aux évolutions techniques : depuis une dizaine d’années, la machine à papier s’imposait dans nombre d’usines. Mais il décide de ne pas passer à la production mécanique, et de conserver l’aspect traditionnel du papier vergé. On comprend dès lors pourquoi Daniel Ramée, ou l’un de ses prédécesseurs, a choisi ce papier pour le tirage de nouvelles planches d’après les cuivres cédés par Ledoux. Parmi tous les exemplaires que nous avons pu consulter de cette édition de 1847, les deux tomes conservés à la bibliothèque du Musée des Arts Décoratifs sont les seuls pour lesquels presque toutes les planches anciennes sont sur papier vélin, et toutes les planches imprimées après la mort de Ledoux sur un papier issu des manufactures Dupuy. Dans toutes les autres éditions consultées, ce sont les filigranes de 1804 et ceux des moulins d’Archettes qui dominent. Nul doute donc que ces deux tomes devaient former, dans l’esprit de leur concepteur, un objet particulièrement soigné, voire unique.

Cette étude, encore inachevée, des papiers qui forment le support des estampes réalisées sous la direction de Claude-Nicolas Ledoux et de son ou ses successeurs, est donc tout à fait prometteuse. Elle ne sera certes pas utile pour l’établissement d’une chronologie précise de l’œuvre gravé. Mais au-delà des estampes, les filigranes livrent de précieuses informations sur les livres et recueils dans lesquels cet œuvre gravé est conservé. Les premiers résultats exposés dans cet article seront complétés par l’analyse de filigranes rencontrés plus ponctuellement dans les différents ouvrages, et par une étude des papiers sur lesquels le texte de 1804 a été imprimé. Ce travail permettra de préciser la compréhension que l’on a aujourd’hui du projet éditorial de l’architecte, l’état d’avancement de ce projet à sa mort et la participation de ses successeurs, qu’il s’agisse de Pierre Vignon, de Daniel Ramée ou d’un personnage intermédiaire.

Illustrations

  1. B. Richard / d’Ambert du Puy / de Dôme / Moyen. Filigrane de Benoît Richard, relevé à Paris, INHA, Bibliothèque, collection Jacques-Doucet, FOL-RÉS-169-1, pl. 17.
  2. F / B  R. Filigrane de Benoît Richard, relevé à Paris, INHA, Bibliothèque, collection Jacques-Doucet, FOL-RÉS-169-1, pl. 22.

Sources

LEDOUX, Claude-Nicolas, L’architecture considérée sous le rapport de l’art, des mœurs et de la législation [prospectus], Paris, C.-F. Patris, Imprimeur de l’Académie de Législation, s. d.

Bibliographie 

APCHER Louis, Les Dupuy de la Grandrive. Une vie de notables auvergnats au cours de trois siècles d’histoire (1570 à nos jours), Paris, Gaston Saffroy éditeur, 1937.

BOY Michel, « Histoire de la papeterie livradoise », Chroniques historiques du Livradois-Forez, hors série nº27, 1995.

BUSTARRET Claire, dir., Inventaire Condorcet. Répertoire sélectif des filigranes, 2016, en ligne [consulté le 10 février 2022] : https://www.inventaire-condorcet.com/iDocuments/Documents/Repertoire_selectif_des_filigranes.pdf

CHURCHILL William Algernon, Watermarks in paper in Holland, England, France, etc., in the XVII and XVIII centuries and their interconnection, Amsterdam, Menno Hertzberger & Co, 1935.

DELAUNAY Pierre, Catalogue des filigranes relevés sur des papiers d’archives d’Auvergne, Clermont-Ferrand, Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Clermont-Ferrand, 1997.

GALLET, Michel, Claude-Nicolas Ledoux, 1736-1806, Paris, Picard, 1980.

GAUDRIAULT Raymond, dir., Filigranes et autres caractéristiques des papiers fabriqués en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, CNRS éditions, 1995.

HEAWOOD Edward, Watermarks, mainly of the 17th and 18th centuries, Hilversum, The Paper publications society, 1950, rééd. 1957.

ONFROY, Henri, Histoire des papeteries à la cuve d’Arches et d’Archettes (1492-1911), Évreux, imprimerie Charles Hérissey, 1912.

REMUZON Thierry et BOY Michel, « Le Livre de raison du maître-papetier Louis Richard, 1720-1771 », Chroniques historiques d’Ambert et de son Arrondissement, hors-série nº17, 1991.


[1] Thèse en cours, sous la direction de Marianne Cojannot-Le Blanc. Université Paris-Nanterre, LabEx Les Passés dans le présent, HAR EA4414, ED 395.

[2] Paris, INHA, Bibliothèque, Recueil d’Ornements, Fol-Rés-169-2.

[3] Rome, Accademia di San Luca, Biblioteca Sarti, SARTI-8-F-20.

[4] Gaudriault, 1995, p. 16.

[5] Gaudriault, 1995, p. 19.

[6] Soit, dans le cadre d’un livre in-folio, où la feuille est pliée en deux, en haut ou en bas de chaque page, du côté de la reliure.

[7] Delaunay, 1997, p. 34.

[8] Churchill, 1935 ; Heawood, 1950, rééd. 1957 ; Gaudriault, 1995 ; Delaunay, 1997 ; Bustaret, 2016.

[9] Apcher, 1937 ; Boy, Remuzon, 1991 ; Boy, 1995.

[10] Certains millésimes visibles sur des filigranes n’indiquent pas la date de fabrication du papier. Par exemple, la mention de l’année 1742 renvoie à l’arrêt de 1741, entré en vigueur l’année suivante, qui imposait un certain nombre de règles aux fabricants papetiers concernant le format, le poids, le prix du papier, la forme et le contenu du filigrane. Certains fabricants ont alors inscrit ce millésime sur leurs filigranes pendant plusieurs années, comme signe de conformité aux prescriptions de l’arrêt. À ce sujet, voir Heawood, 1950, p. 31 et Delaunay, 1997, p. 30.

[11] Heawood, 1950, p. 140, nº3429.

[12] Delaunay, 1997, p. 35.

[13] Delaunay, 1997, p. 36.

[14] Ibid., p. 35.

[15] Nous n’évoquerons pas ici le texte, qui ne présente pas exactement les mêmes filigranes.

[16] Boy, Remuzon, 1991, p. 42.

[17] Champs-sur-Marne, École nationale des Ponts-et-Chaussées, FOL-6848 ; Londres, British Library, 74/559*.h.20. ; Londres, Soane Museum, Nº2625 ; Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-V-25, RES-ATLAS-V-107, HA-71-B-FOL ; Paris, INHA, FOL-RÉS-169-1.

[18] Delaunay, 1997, p. 167 et nº2871.

[19] Boy, 1995, p. 173.

[20] Rome, Biblioteca Sarti, SARTI-8-F-20 ; Paris, INHA, FOL-RÉS-169-2.

[21] Archives nationales, Minutier central, minutes et répertoires du notaire Joseph Grelet, MC/ET/XXXIII/841, 12 novembre 1806, testament de Claude-Nicolas Ledoux.

[22] Archives nationales, Minutier central, minutes et répertoires du notaire Joseph Grelet, MC/ET/XXXIII/841, 26 novembre 1806, inventaire après décès de Claude-Nicolas Ledoux.

[23] Département des Estampes et de la photographie, HA-71-FOL-C1 et HA-71-FOL-C2.

[24] Ou Filhat. Boy, 1995, p. 157.

[25] Gallet, 1980, p. 256.

[26] Onfroy, 1912, p. XII.

[27] Gaudriault, 1995, p. 60.

[28] Paris, Musée des Arts Décoratifs, bibliothèque, R-139.

[29] À ces deux catégories, il faut ajouter quelques exceptions en cours d’analyse.

[30] Ledoux, 1803, p. 27.

[31] Apcher, 1937, p. 125. Le filigrane de son père, Thomas-Marie-Joseph Dupuy de la Grandrive (actif entre 1780 et 1823), a été repéré sur des états anciens de notre corpus.

[32] Ibid., p. 17. Pierre-François-Thomas Dupuy a probablement conservé l’initiale « T » en hommage au fondateur de la manufacture.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search