Les archives de la Société des Artistes Décorateurs (SAD)

par Styliani Kerezidou, archiviste.

La Bibliothèque du MAD a vu ses fonds d’archives privées s’enrichir au fil des années grâce à de nombreuses donations d’artistes, d’associations et de collectionneurs. Parmi ces ensembles nous retrouvons le fonds de la Société des artistes décorateurs (1901-2008), acquis via donation de ses anciens membres et présidents en 2013. Ce fonds permet de découvrir l’activité foisonnante des architectes d’intérieur, décorateurs, ensembliers en France et à l’international. A travers environ vingt-et-un mètres linéaires d’archives, il est possible de retracer non seulement l’histoire de cette association significative (de 1901 à 2002) mais aussi l’évolution des arts décoratifs et du design en France sur l’ensemble du XXe siècle.

La SAD a été fondée en 1901 par l’avocat René Guilleré (1878-1931), elle est reconnue association d’utilité publique par décret du 25 juin 1924. L’objectif de sa création était de « réunir les membres de toutes les corporations de décorateurs pour défendre leurs intérêts matériels, et encourager des expositions spéciales d’ensemble décoratifs1  » et de promouvoir l’art décoratif moderne.

Figure 1 Vue de la façade du 17e salon en 1927 au Grand Palais réalisée par Gabriel Englinger (1898-1983)
© Bibliothèque du MAD/ Fonds de la SAD [SAD 180]

En parcourant le fonds d’archives de l’association, nous suivons sa création et son fonctionnement avec les copies de ses statuts et les dossiers en lien direct avec la vie associative : séances d’assemblées générales ordinaires ou extraordinaires (entre 1940-1952), suivi d’affaires des présidents (1955-2002), bulletins d’information (1923-1981), édités dans un premier temps une fois par an puis mensuellement puis plus sporadiquement lors des dernières années. Le rôle de cet organe d’information est non négligeable car il permet de suivre l’actualité non seulement du fonctionnement interne de l’association mais aussi le déroulement de ses manifestations et de ses salons.

Catalogues des salons des artistes décorateurs (1930-1954)

En ce qui concerne les membres de la SAD, le fonds contient un nombre conséquent de dossiers d’adhésion, notamment entre les années 1940 et 1970. Ces derniers sont complétés par des dossiers documentaires nominatifs d’artistes, classés par catégorie. En effet, comme la SAD s’adressait à un large éventail de créateurs dans les domaines des Arts appliqués, elle rassemble des professions diverses. Les dossiers documentaires des artistes sont ainsi classés en quatre sections : Architecture intérieure, Art mural, Arts graphiques et Objets.

Figure 3 Catalogues de salons
© Bibliothèque du MAD/ Fonds de la SAD [SAD 37-38, 281-282]

Une grande partie du fonds est dédiée aux salons organisés par la SAD. Son salon indépendant, désigné également par son acronyme (Salon des Artistes Décorateurs – SAD), était l’un des premiers salons centrés sur la présentation des meubles et des ensembles mis en scène par les décorateurs français. Au fil des ans, ces salons se sont imposés comme l’évènement majeur dans le domaine. Les artistes devaient présenter leur projet à un jury composé de membres du bureau et de délégués propres à chaque catégorie. Ces derniers, après avoir fait une sélection, décidaient ensuite des admissions. Pour participer au salon, il n’était pas obligatoire d’être membre de l’association. Même les anciens membres devaient passer devant le jury qui, souvent, rejetait leurs candidatures sans merci.

La Société organise son premier salon du 16 janvier au 16 février 1904 dans les salles du Petit Palais à Paris ; plus tard le salon se tiendra au pavillon de Marsan au sein du musée des Arts décoratifs entre 1906 et 1922. Finalement, le SAD s’installe à quelques exceptions près au Grand Palais jusqu’au dernier Salon de 2002. Dans le fonds d’archives, on trouve les reportages photographiques de l’époque, les vues d’œuvres sur divers supports (diapositives, planches-contact, tirages photographiques en noir et blanc ou en couleur…), la documentation envoyée par les exposants, les nombreux argus de presse et bien sûr les catalogues. Par ailleurs, quelques catalogues du fonds comportent des notes manuscrites et des corrections du secrétariat.  Il faut signaler une étrange insertion dans le catalogue du salon de 1939 qui est accompagné d’un feuillet libre intitulé liste juive avec huit noms annotés.

Figure 4 Jean-Denis Malclès, couverture du catalogue, 1939 et liste de noms,
© Bibliothèque du MAD/ Fonds de la SAD [SAD 39]

En plus de ces activités s’ajoutent les participations aux expositions internationales. En 1925, la participation de la SAD à l’Exposition universelle des Arts Décoratifs industriels modernes à Paris a été l’opportunité pour la France de promouvoir le savoir-faire français auprès des autres pays.. À cette occasion la SAD présente Une ambassade française. Cette exposition marque l’essor du luxe dans la création de mobilier en inaugurant le passage de l’Art Déco à l’échelle mondiale.

Figure 5 Jean Dunand, Fumoir de l’Ambassade, Exposition internationale de 1925
© Bibliothèque du MAD/ Fonds de la SAD [SAD 180].
Figure 6 Couverture d’albums rouge ; Album nominatif de René Kieffer signé,
© Bibliothèque du MAD/ Fonds de la SAD [SAD 72].

Les articles les plus significatifs du fonds sont les 45 albums nominatifs, rouges, frappés de lettres dorées sur leur page de garde. Ces albums présentent les créateurs qui ont participés à l’exposition internationale de Paris en 1937, au sein du pavillon de la SAD. Ils constituent une sorte de portfolio. Chaque créateur a créé son album avec des planches vissées, dédié à son travail en présentant un bref curriculum vitae, voir pour certains un petit texte autobiographique, une liste des expositions auxquelles il a participé, ses œuvres les plus représentatives et quelques coupures de presse. Il y a de nombreuses photographies et lithographies, des dessins originaux, quelquefois signés. Parmi les noms cités : Jacques Adnet (1900-1984), Jules-Émile Leleu (1883-1961), Jean Royère (1902-1981)…

Les archives de la SAD viennent compléter et documenter les œuvres conservées au MAD. Elles permettent ainsi d’offrir au public un panorama diversifié des collections déjà présentes au sein de l’institution. Aujourd’hui, plusieurs années après sa dissolution, la SAD, via son fonds d’archives, reste fidèle à son objectif primaire : créer un lien entre les créateurs et le public.

  1. Yvonne Brunhammer, Suzanne Tise, Les artistes décorateurs, 1900-1942, Paris, 1990, p.12. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search