La bibliothèque-musée de la Place des Vosges : aux origines de la bibliothèque du musée des Arts décoratifs

Communication lors du séminaire de rentrée des élèves de l’école Camondo, septembre 2020, par Laure Haberschill, responsable des fonds patrimoniaux de la bibliothèque du musée des Arts décoratifs.

Entre 1864 et 1903, la bibliothèque du musée des Arts décoratifs a été installée place des Vosges, au 15 puis au 3. Premier élément d’un projet d’éducation des travailleurs des industries d’art, ses activités furent plus variées que celles d’un simple lieu de consultation de livres et d’imprimés.

La société à l’origine de l’Union centrale des Arts décoratifs puis du MAD est l’Union centrale des beaux-arts appliqués à l’industrie. Fondée en 1864 par des industriels et des critiques d’art1 dans le but “d’entretenir en France la culture des arts qui poursuivent la réalisation du beau dans l’utile” et de “conserver à nos industries d’art, dans le monde entier, leur vieille et juste prééminence, aujourd’hui menacée2, elle inaugura le 20 septembre 1864, au 15, place royale future place des Vosges, un musée et une bibliothèque à destination des travailleurs des industries d’art.

Ils constituaient les deux premières étapes du programme éducatif de la société, qui se présente ainsi dans les statuts3 :

« Art. II. L’institution fondée au centre de Paris comprendra :
1.  Un musée rétrospectif et contemporain ;
2. Une bibliothèque d’art ancien et moderne, où le travailleur sera au besoin aidé dans ses recherches ;
3. Des cours spéciaux, des lectures et des conférences publiques ayant rapport à l’art appliqué, et des entretiens familiers de nature à propager les connaissances les plus essentielles à l’artiste et à l’ouvrier qui veulent unir le beau à l’utile ;
4. Des concours entre les artistes français et entre les diverses écoles de dessin et de sculpture de Paris et des départements ;
5. Des expositions de collections particulières présentant à l’étude de belles applications de l’art à l’industrie
 »4.

La bibliothèque-musée est pensée par les industriels d’art fondateurs comme un de leurs fonds d’atelier à grande échelle : un lieu où trouver des sources d’inspiration, où les travailleurs pourront se former et éduquer leur goût. Dès l’ouverture sont disponibles des livres illustrés, des gravures, des photographies, mais aussi des albums d’échantillons textiles ou bien la « collection considérable de tous les dessins sortis de [l’] atelier” du président de la société, le décorateur Edouard Guichard5.

Le musée-bibliothèque du 15, place royale

Dans l’article II des statuts de l’UCBAAI Il est précisé que le musée et la bibliothèque seront installés au centre de la fabrique de Paris, ce à quoi correspond l’emplacement place des Vosges, à proximité immédiate du Marais et du faubourg Saint Antoine où étaient installées de très nombreuses industries d’art.

Pour que les ouvriers puissent venir en dehors des heures de travail, les lieux sont ouverts tous les jours, même le dimanche, de 10 à 5 heures et le soir de 7 à 10 h. A l’ouverture ils ne sont accessibles qu’aux adhérents de l’association, mais dès 1866, ils deviennent gratuits, suite au succès de l’exposition organisée par la société en 1865.

Nous n’avons pas de représentation de l’installation au 15, place des Vosges, mais on peut l’imaginer en lisant les descriptions des journalistes dans les articles publiés à l’occasion de l’ouverture6 :

Le Musée et la bibliothèque occupent trois salles d’un hôtel particulier. « Dans une première salle sont exposés les objets offerts à l’Union, pour la plupart à la suite de l’exposition organisée l’an dernier [1863] par elle au palais de l’industrie7. Dans […] la seconde salle sont déposés les objets […] prêtés par des collectionneurs qui désirent concourir à cette œuvre […]. Tous ces objets seront renouvelés tous les trois mois et seront remplacés par d’autres qui viendront offrir aux fabricants et ouvriers d’autres objets d’étude. Enfin, la troisième salle referme les livres, les recueils de gravures et d’ornements ; des plâtres moulés, et particulièrement des collections d’échantillons du plus grand intérêt »8.

Le 25 septembre 1865, M. d’Arpentigny dans le Courrier artistique, explicite le rôle dévolu à la bibliothèque-musée :

 » Le musée et la bibliothèque de l’Union centrale des beaux-arts appliqués à l’industrie réunissant sur le même point, parfaitement classés, tous les documents relatifs aux arts industriels, on pourra, sans perte de temps, sans jamais se fourvoyer, suivre la marche des époques et s’en inspirer sans jamais les confondre. L’artiste, l’artisan et l’industriel s’y feront une éducation nouvelle, leur goût se réformera à la vue des belles choses et de la pureté des styles. Des cours spéciaux seront d’ailleurs bientôt faits dans les galeries agrandies de la Société, et nous osons affirmer que la création de ces collections et de ces cours est le premier pas de la renaissance des arts appliqués à l’industrie  » ((Ibid. p. 33)).

Dès l’ouverture, le projet de l’Union centrale bénéficie de parrainages illustres. Ainsi, le 10 octobre, le Maréchal Vaillant, ministre de la maison de l’Empereur et des beaux-arts vient visiter le musée et la bibliothèque. Il offre ensuite en témoignage du soutien de l’empereur un album regroupant des plantes marines et des échantillons textiles aux motifs qui en sont inspirés9.

Album de plantes marines et d’échantillons de tissus s’en inspirant, donné à l’Empereur Napoléon III par M. Balleydier de Hell, ca 1853

Le 6 décembre, c’est au tour de Victor Duruy, ministre de l’instruction publique de venir. A cette occasion il promet son appui aux membres de l’Union centrale et leur fait un exposé sur « un nouveau système d’enseignement dans lequel l’étude du beau, dans ses manifestations artistiques, jouerait un rôle important »10. La société s’est ensuite impliquée dans cette réforme par son projet, malheureusement inabouti, de collège des Beaux-Arts appliqués à l’Industrie.

La bibliothèque-musée au 3, place des Vosges

En 1874, la société est refondée suite à la guerre de 1870 et à la Commune. Elle s’installe alors au 3, place des Vosges et imprime à cette occasion un dépliant11 qui contient une illustration représentant les salles de la bibliothèque et un plan montrant la nouvelle installation. La bibliothèque occupe deux salles le musée et les conférences une chacun. On peut constater que par rapport aux descriptions faites lors de l’ouverture en 1864, la répartition des salles est inversée, car le musée a du mal à constituer ses collections tandis que celles de la bibliothèque ne cessent de s’enrichir, pour atteindre les nombres de 5368 ouvrages et 5060 gravures et photographies le 31 décembre 188112.

3, place des Vosges vers 1875 : plan extrait d’un dépliant. Archives de l’UCAD, A1/7.

Des photographies montrent les locaux dans les années 1890. Les livres sont rangés dans les vitrines par taille. On distingue aussi dans la salle de lecture des moulages, une collection de modèles (de chaines et de montures pour bijoux ?), des recueils d’échantillons textiles, et les prémices de ce qui est désormais la collection iconographique Maciet, dont les albums reconnaissables sont quant à eux en accès libre.

Bibliothèque au 3, place des Vosges vers 1875

La collection iconographique

Cette collection d’images, emblème de la bibliothèque a été constituée à partir de septembre 1887 partir des gravures et photographies accumulées depuis l’ouverture13, sous l’impulsion d’Alfred de Champeaux, conservateur de la bibliothèque de 1877 à 1902, historien de l’art, éditeur du Portefeuille des arts décoratifs de 1888 à 1898. A sa demande, Jules Maciet, collectionneur et membre du conseil d’administration de l’UCAD, en prit la responsabilité d‘abord du classement, puis de l’ensemble, jusqu’à l’identification réciproque.

L’importance que prend très rapidement la collection témoigne de la prédominance que les images eurent pour ces deux hommes dans les fonds de la bibliothèque, car elles permettaient de constituer un répertoire de formes plus aisément utilisable par les travailleurs fréquentant la salle de lecture. La composition de cette collection étant facilité par la multiplication des moyens de reproduction dans la deuxième partie du 19e s.

Bibliothèque au 3, place des Vosges dans les années 1890

Les conférences

Dès 1865, et au moins jusqu’en 1897, la bibliothèque fut aussi le principal lieu des conférences, 3e point du projet d’éducation des travailleurs.

Certains des programmes sont conservés dans les archives. Pour l’année 1869, où nous en avons le plus, on compte 14 conférences en février, 16 en mars, 13 en avril14. Elles ont lieu le dimanche à 1 et 3 heures, les mercredi et vendredi à 8 heures du soir, certaines étant données 2 fois. Elles mêlent des cours pratiques sur l’hygiène, la géométrie, la chimie, d’autres sur les arts (sculpture, ébénisterie, l’architecture…) et les techniques artistiques.

Cette même année, elles ont été complétées de façon exceptionnelle du 15 au 30 novembre, à la suite de la 3e exposition des beaux-arts appliqués à l’industrie, par une série de 18 conférences au Palais de l’industrie, qui se sont tenues tous les jours de la semaine à 2 heures, et étaient donc destinées à un autre public que celui de la place des Vosges.

Programme des conférences d’avril 1866

Après une pause de 1869 à 1874, due aux conséquences de la guerre et de la commune, et à la refondation de la société, elles reprirent dans la salle du 3 place des Vosges, puis après une autre interruption en 1881-1883 au moment de la fusion des sociétés et la création de l’UCAD, elles se poursuivirent en 1884 à l’occasion de la 3e exposition technologique “Le bois (construction), la pierre, la terre et le verre”. En mars-avril 1887, les 9 conférences ont lieu le mardi soir à 8h30 et se répartirent entre celles d’histoire de l’art et celles sur les techniques.

Les thèmes traités peuvent être en rapport avec les expositions de l’institution. En 1866, celle d’Eugène Guillaume est intitulée « Idée générale d’un enseignement élémentaire des beaux-arts appliqués à l’industrie » et a été faite « à propos de la dernière exposition des écoles de dessin » tenue d’août à octobre 1865 lors de la deuxième exposition des beaux-arts appliqués à l’industrie. A cette occasion fut introduite la réflexion sur la création du « Collège des beaux-arts appliqués à l’industrie » que prévoyait de fonder l’institution.

En 1869, alors que la troisième exposition de l’Union centrale présente un musée oriental où plusieurs salles sont consacrées aux arts chinois et japonais, Ernest Chesneau, critique et historien de l’art, membre de l’union centrale et collectionneur d’objets japonais, fait une conférence sur l’art japonais, où il dégage les spécificités de celui-ci dont pourrait s’inspirer l’art français pour se renouveler.

La séparation du musée et la bibliothèque

En 1877 est fondée la Société du musée des Arts décoratifs dans le but de trouver les moyens d’acquérir une véritable collection pour le musée. En 1882, la fusion de cette dernière avec l’Union centrale des beaux-arts appliqués à l’industrie aboutit à la constitution de l’union centrale des Arts décoratifs (UCAD). Quand en 1885, le musée s’installe au Palais de l’industrie, celui de la place des Vosges disparait.

Le Palais de l’industrie a été le premier lieu de la société, où se tinrent en 1863 et 1864 les expositions qui ont permis la création de la première Union centrale. Jusqu’en 1897, il demeura le lieu de ces dernières, cinquième partie du programme de la société, ainsi que sa principale source de revenus.

Sur un prospectus publié vers 1892 pour les 10 ans de la fondation de l’UCAD, bibliothèque et musée sont situés aux deux adresses différentes. Dans la description des ressources proposées par la bibliothèque figurent : 6000 livres, 250 000 gravures et photographies constituant les débuts de la collection iconographique Maciet, 90 000 dessins, 250 000 échantillons textiles et des recueils de papiers peints.

Le musée quant à lui comporte 20 salles et galeries réparties par matières ou thèmes.

Au palais de l’industrie se tenaient aussi les concours, en concomitance avec les expositions jusqu’à la 5e de 1876 puis en alternance (sauf 1887). C’est aussi à cet endroit que se tint en 1869 le congrès des beaux-arts appliqués à l’industrie consacré à l’enseignement du dessin, point de départ de la réforme de l’enseignement du dessin en France. Car même si l’union centrale n’avait pas pu fonder le « Collège des beaux-arts appliqués à  l’industrie » qu’elle avait imaginé pour former les ouvriers des industries d’art, elle avait gardé une place importance dans les réflexions sur cette réforme.

Salle de la bibliothèque rue de Rivoli, après 1912

La réunion de la bibliothèque et du musée au Palais du Louvre

Au début du 20e siècle, le musée des Arts décoratifs trouve enfin un emplacement définitif dans le pavillon et l’aile de Marsan du Louvre. La bibliothèque quitte la place de Vosges et le rejoint au rez-de-chaussée de l’aile de Marsan en 1904.

Sa physionomie est très différente de la place des Vosges : les livres sont désormais stockés dans des magasins hors du regard des lecteurs, les objets et moulages disparaissent de la salle de lecture, ne laissant dans la salle que les albums de la collection iconographique, le mobilier étant conçu à leur dimension.

Le nombre de lecteurs augmente avec le transfert des locaux rue de Rivoli. De 33 lecteurs par jour à l’ouverture, il atteint celui de 113 en 1908. Cet accroissement est accompagné d’un changement du public, et les travailleurs des industries d’art sont progressivement remplacés par des élèves des écoles voisines (les Beaux-arts et le Louvre), des marchands…

En 1909, la bibliothèque est agrandie de plus d’un tiers, « elle offre 48 places nouvelles éclairées par quatre fenêtres sur le jardin des Tuileries et une grande surface de murs où pourra se développer la collection de documents mis directement à la disposition du public et à laquelle M. Maciet donne particulièrement ses soins »15. La bibliothèque a désormais pris la physionomie qu’elle conserve toujours actuellement.

  1. Pour connaitre les circonstances de la fondation de la société, consulter : Union centrale des beaux-arts appliqués à l’industrie. Histoire sommaire de l’Union centrale des beaux-arts appliqués à l’industrie : le beau dans l’utile ; suivie des rapports du jury de l’exposition de 1865. Paris : Union centrale, 1866. []
  2. IbId. p. 23 []
  3. IbId. p. 24 []
  4. IbId., p.  24 []
  5. IbId., p. 37 []
  6. IbId., p. 30-40 []
  7. Société du progrès de l’art industriel. 2e exposition de l’art industriel au Palais de l’industrie : liste des exposants. Paris : Société du progrès de l’art industriel, 1864 []
  8. Union centrale des beaux-arts appliqués à l’industrie. Op.cit., p. 31 []
  9. Laure Haberschill. “L’album d’Augustin Balleydier de Hell”. In : Line Le Gall et Denis Lamy. Algues : étonnants paysages. Paris : Delachaux et Niestlé : Muséum national d’histoire naturelle, 2019. P. 114-121 []
  10. Union centrale des beaux-arts appliquées à l’industrie, op. cit., p. 40-41. []
  11. Archives de l’UCAD, A1/7 []
  12. Archives de l’UCAD, F 91 []
  13. Alfred de Champeau. La bibliothèque de l’Union centrales des Arts décoratifs. Revue des Arts décoratifs, 1886-1887, p. 348-349 []
  14. Archives de l’UCAD, D5/19 []
  15. Union centrale des Arts décoratifs. Annuaire, année 1909, Paris : imprimerie Eugène Compiègne, 1909, p. 171 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search