Formation artistique des femmes à l’Union Centrale des Arts Décoratifs : les débuts de l’École d’art (1897-1908). 3/3

Communication lors du séminaire, 5 février 2021, par Nathanaelle Tressol, doctorante Université de Poitiers (CRIHAM).

I. Origines et fondation de l’école d’art

II. Publics : adhérentes et boursières

III. Quelques trajectoires individuelles

Parmi les élèves les plus anciennes, dont la liste n’est pas totalement arrêtée, nous avons relevé plusieurs noms trouvés soit grâce à des rapports de jurys, soit dans des articles de presse, notamment les noms de femmes devenues par la suite artistes ou enseignantes.

Henriette Delillier (1877-1934)
Mlle Henriette Delillier, parisienne, était la fille de Jules Alfrède Delillier, un fabricant de meubles et sculpteur installé près de la place des Vosges d’après l’annuaire parisien. Elle est indiquée comme élève de l’École d’art dès 1898, récompensée dès le premier concours (bordure de papier peint et projet de tenture) mais elle se signale aussi par des compositions pour joaillerie ou mobilier et reçoit fréquemment des prix ou des mentions. Nombre de ses projets attirent l’attention et lui valent d’être plusieurs fois représentée dans le fameux Livre des Concours. Une composition pour étoffe en vue de l’exposition de Rouen 1901 lui amène très tôt les honneurs d’un concours interne.

Elle signe également un paravent installé dans le coin nursery du Salon des Dames à l’Exposition Universelle de 1900. Comme quelques-unes de ses consœurs les plus brillantes, elle est en effet invitée à exposer aux côtés des dames artistes dans cette pièce du Pavillon de l’UCAD réservée aux travaux féminins pour laquelle une série de photographies conservées au MAD Paris donnent une vue générale de l’installation.

Décoration et ameublement du pavillon de l’Union centrale des arts décoratifs à l’Exposition universelle de 1900 par Ar. Guérinet pl.40-41, Henriette Delillier, Paravent des quatre éléments, 1900. A droite même ouvrage, (inv PR 2010. 4.1.4) Photographie couleur collection MAD Paris.

Cet ouvrage est manifestement le fameux paravent des quatre éléments qui, sous un angle différent, se rapporte au thème des sciences et de l’industrie, il est toujours conservé au Musée des arts décoratifs où nous l’avons vu exposé en 20171.

Sa carrière se poursuit par une importante activité à Sèvres, où elle est signalée active entre 1896 et 1902, peut-être même jusqu’en 1908, elle y réalise des décors de vases dont les motifs sont empruntés à la flore. Dans une veine similaire, le musée d’Orsay conserve également un certain nombre de dessins à la plume, issus de la collection de Victor Champier, qu’elle a exécutés pour des décorations graphiques destinées à sa revue artistique (bandeau, encadrements, ornements floraux…) probablement datés des années 1900. On est moins certain de ses activités dans les années 1905 à 1910.

Dans les années vingt, elle devient directrice de cours à l’Association polytechnique de Paris2 où elle était professeure de dessin depuis 19113.

Gabrielle Henriette Rouzaud (1878-1958)
Mlle Gabrielle Henriette Rouzaud, qui devient par la suite Mme Rieunier-Rouzaud, est mieux connue comme peintre de paysages et de scènes exotiques que comme décoratrice. Née en 1877 près d’Argenteuil, elle est la fille d’une artiste célibataire qui ne la reconnait qu’en 1881 et vient sans doute d’un milieu modeste. Ses débuts remontent à 1899 où, en plus d’un dessin de berceau, elle présente aux concours du Comité un projet de couvre-pied (montré à Rome par le Comité des Dames en 1899) ainsi que trois autres objets destinés à l’Exposition de 1900 : une table-atelier, un sac-éventail et une mandoline. Son œuvre de jeunesse la plus remarquée est sans conteste le berceau dit Moïse exposé en 1900 qui fut malheureusement attribué à une « Mlle Couzand » au lieu de Rouzaud dans la légende de certaines reproductions photographiques. Les commentaires du jury de concours ne laissent aucun doute sur cette attribution, Henriette Rouzaud avait remporté le premier prix avec son projet de berceau, le dessin correspond parfaitement à la pièce réalisée et exposée lors de l’Exposition Universelle : « En quoi exécuter pratiquement le berceau-moïse modelé par Mlle Rouzaud ? On le voudrait en jonc naturel. »4

Vers 1905, elle pratique avec succès la reliure et son interprétation pour le Jardin des Supplices d’Octave Mirbeau reçoit quelques éloges5. Présentée comme élève de Cormon et Rixens, elle expose des reliures à plusieurs reprises au salon de la Société nationale des Beaux-Arts (1901, 1903) ou à celui des Artistes français (1905.) Mariée en 1902 au peintre Maurice Rieunier (1877-1961), comme lui, elle se consacre progressivement à la peinture. En 1910, une annonce de réclame parue dans Art et décoration nous apprend qu’elle s’occupe de « cours et leçons » d’art décoratif chez elle à « prix modérés. »6

Vue d’ensemble de l’exposition féminine dans le Salon des dames, avec parmi d’autres ouvrages, le berceau Moïse de Mlle Henriette Rouzaud sur la droite et le paravent de Mlle Delillier en arrière-plan à gauche.

C’est dans le sud de la France, à Villeneuve-lès-Avignon qu’elle finit sa vie en 1958 non sans avoir représenté souvent les paysages du midi et pris part à diverses expositions de peinture. Quelques- unes de ses toiles apparaissent périodiquement en vente publique tandis que deux de ses peintures de format modeste, acquises par l’Etat, se trouvent désormais en dépôt dans un musée de Troyes7.

Jeanne Fermey
Une certaine Mlle Jeanne Fermey, élève de l’École d’art, est primée en 19028 pour une étoffe d’ameublement Les violettes reproduite en 1901 dans l’Art décoratif, revue qui loue le caractère moderne du dessin. Le concours qu’elle a remporté est initié par un industriel du textile, Besselièvre fils, dont les tissus se vendent aux magasins de nouveautés du Petit Saint-Thomas, rue du Bac, à Paris.

D’après les listes d’élèves, elle ne serait entrée comme pupille qu’en 1906, ce qui ne paraît pas cohérent avec le fait que vers 1900, elle propose déjà aux concours des compositions dont cette cretonne imprimée, mais également une table en bois pyrogravée, un fichu…

Brochure commerciale de l’enseigne Au Petit Saint-Thomas pour le tissu Violettes, composition de Mlle Jeanne Fermey, Archives UCAD, Paris.

Probablement née vers 1880, son identité reste incertaine, il pourrait s’agir de la fille naturelle d’une cartonnière parisienne, ou peut-être d’un ébéniste du même nom actif à Paris à cette époque. Elle est mentionnée en 1894 ayant reçu le certificat d’études lors de la remise de prix de l’Orphelinat des arts, son parcours l’a donc certainement amenée à intégrer dans un premier temps l’École d’art de Mme Laurent-Desrieux, avant de devenir pupille officielle du Comité des dames9.

Eugénie Jubin, dite Mlle O’Kin (1880-1948)
Il est intéressant de découvrir que Mlle Eugénie Jubin, dite Mlle O’Kin, a été, elle aussi, élève de l’École d’art, où elle n’est restée que de 1903 à 1906, semble-t-il. Rentrée du Japon en France vers 1900, ses biographes signalent qu’elle montrait déjà des dispositions artistiques lors de sa scolarité au pensionnat des Dames de Saint Maur, où elle suivait le lycée10. D’origine franco-japonaise, celle qui devint ensuite l’une des décoratrices éminentes de la période art nouveau et mondialement réputée comme tabletière, est rentrée en tant que pupille sur la proposition de Mme Paul Biollay, vice-présidente du Comité. Elle a bénéficié des cours pendant trois ans avant de donner sa démission. Il est fort probable qu’elle ait alors décidé de poursuivre sa formation en se spécialisant auprès d’un autre artiste, ou qu’elle en soit devenue la collaboratrice. Le nom du bordelais Henri Hamm (1871-1961), fin sculpteur de la corne et de l’ivoire, a plusieurs fois été proposé sans que le lien entre les deux artistes ne soit explicitement évoqué, excepté par E. Seyden dans la revue Art et décoration11.

Mariée au céramiste Henri Simmen12 (1879-1963) en 1917, sans doute après plusieurs années de vie commune, elle expose toujours sous le nom de O’Kin dans de nombreux salons parisiens et internationaux. Son œuvre est particulièrement conséquent et couvre un répertoire d’objets variés présentés dans les plus grands musées. Le Musée des arts décoratifs réalise sa première acquisition en 1910, il s’agit d’une coupe en corne gravée qui s’y trouve toujours.

Quoiqu’elle soit connue de tous les spécialistes de l’art décoratif intéressés par cette époque, Eugénie Jubin O’Kin restait en partie mystérieuse et les modalités de sa rencontre avec Henri Simmen faisaient jusqu’alors l’objet de conjectures13, tandis que sa formation initiale demeurait inconnue. Les archives de l’UCAD nous auront permis de lever en partie cette énigme. D’autre part, l’acte de mariage célébré à Paris en 1917 éclaircit la situation des deux artistes car Simmen a d’abord divorcé en 1912 de sa première épouse Mlle Marie-Hélène Ponscarme (fille du sculpteur du même nom), qu’il avait épousée en 1906 à Malakoff. Il a dû rencontrer O’Kin à Paris vers 1910 au moment où, élève de Hamm, elle prenait justement son indépendance artistique14. Notons qu’Andrée Langrand, autre ancienne élève, était l’une des témoins de ce mariage.

Mlle Eugénie O’Kin, Coupe en corne gravée, perle, argent, collection MAD Paris.
Achat au Salon des artistes décorateurs, 1910, inv.16917

Par la suite, au sein d’une nouvelle génération de jeunes élèves, nous avons retenu le parcours de trois autres jeunes femmes.

Marcelle Rose Marie Feyen
Marcelle Rose Marie Feyen, née à Vaucresson en 1886, est la fille illégitime du peintre et graveur Augustin Feyen-Perrin (1826-1888) et d’une de ses élèves Mlle Marie Dumartin, également peintre qui ne l’a pas reconnue. Elle est, comme Mlle Fermey, un nouvel exemple intéressant de jeune pupille préalablement placée sous la protection de l’Orphelinat des Arts.

Quelque temps après la mort de son père survenue subitement en octobre 1888, elle est secourue à l’orphelinat de Mme Laurent puis inscrite à l’école de Mme Laurent-Desrieux qui lui ouvre les portes d’une formation aux carrières décoratives vers l’âge de dix-huit. Mlle Feyen-Perrin a été particulièrement distinguée lors des remises des prix de l’Orphelinat des arts. Elle était remarquée dès 1895, année de son admission dans l’établissement, pour ses qualités et sa réussite aux examens15.

Il ne faut pas s’étonner alors de la voir mise en avant par sa bienfaitrice qui la propose au Comité des Dames. Elle entre comme pupille en novembre 1904, mais sur la liste annuelle 1907-1908, son nom est suivi de la mention « mariée » ce qui suggère une cessation d’activité16. De ce point de vue, son itinéraire comporte des similitudes avec plusieurs autres cas que nous avons rencontrés. Son mariage avec un fermier eut lieu en 1908 dans une petite commune du Calvados17

On peut donc penser qu’elle a suivi les leçons de l’École d’art pendant près de quatre ans, soit la quasi-totalité du cursus. La critique aura apprécié ses dessins de dentelle pour le concours de février 1905 où elle reçoit une deuxième mention pour sa nappe garnie de dentelle genre Colbert, ce qui correspond bien au cours de spécialité auquel elle était inscrite à cette date.

Mlle Feyen-Perrin, Concours d’une nappe avec bordure en dentelle, 1905, dans l’Art décoratif.

Antoinette Estelle Andréani (1880-1972)
Mlle Antoinette Estelle Andréani, née à Paris, est la fille d’un employé de commerce. Elle perd d’abord sa mère en 1883 puis son père meurt à Alger en 1888, la laissant doublement orpheline.

En 1899, élève à l’École d’art, elle est remarquée pour des dessins de bijoux et boucles de ceinture. Mariée en 1901 à Courbevoie avec un dessinateur nommé Jules Thomas, elle est déjà signalée comme professeure de dessin à cette date avec comme adresse, celle de l’Orphelinat des arts où elle aurait pu être recueillie quoique ses parents ne soient pas nécessairement des artistes. Il est possible qu’elle y ait même été enseignante et qu’elle soit devenue l’une des protégées de Marie Laurent à l’Orphelinat des arts, puisque cette dernière était témoin de son mariage.

Elle constitue un des rares cas de femme mariée devenue pupille du Comité, en 1906 mais donne déjà sa démission en 1907. Avec son époux dessinateur, elle forme un intéressant cas de couple d’artistes. Elle meurt en province en 1972. Rare souvenir de son activité créatrice, le Livre des Concours consacre une page entière à ses projets d’orfèvrerie bijouterie, dont on ignore si certains ont été réalisés.

Mlle A. Andréani, divers projets de bijoux et accessoires, dans le Livre des Concours,
vers 1899. Archives UCAD. © MAD Paris

Lucy Marchandise (1883-1963)
La parisienne Lucy Marchandise est la fille d’un parfumeur installé boulevard de Sébastopol, mentionné selon les actes soit comme négociant soit comme industriel18. Compte-tenu de la grande demande de décors (emballages, réclames, affiches) pour le secteur cosmétique à la Belle Époque, Léon Michel Marchandise, commerçant en parfumerie qui distribuait par exemple les savons de la marque Cosmydor pour lesquels il avait fait déposer plusieurs marques en chromolithographie, pouvait voir un intérêt certain à orienter sa fille dans une carrière de dessin industriel19.

Anonyme, carte parfumée, vers 1900, réclame avec adresse de la parfumerie Marchandise 53 bd Sébastopol Paris.
Archives des ventes ebay. 

Lucy Marchandise entre ainsi comme pupille du Comité en 1904 à vingt-et-un ans.  En 1907, elle accède au titre de monitrice (sans doute du cours de Couty) et se voit rémunérée 500 f. pour l’année par le Comité.

Elle soumet des projets de stores, éventails en dentelle, dessus de banquette au petit point, chemin de table souvent primés dans les concours du Comité auxquels elle prend part depuis 1903. Elle expose d’abord au Salon d’Automne (1903), puis au Salon des artistes français où elle est indiquée « élève de Couty » et à la Société nationale dans les années qui suivent. Les catalogues montrent qu’elle s’essaie encore à cette époque à divers médiums : cuir, corne et dentelle. La maison Lefébure fait notamment réaliser à Bayeux en 1903 un éventail de sa composition en dentelle noire ce qui vient, d’une certaine façon, contredire le point de vue d’un critique qui s’interroge en 1906 sur la faisabilité technique de ses dessins. Il évoque un col de dentelle « difficilement exécutable » selon lui, avant de préciser que « Mlle Marchandise, qui avait envoyé trois dessins, a cependant obtenu le 6e prix avec un angle de nappe à thé. »((Anonyme, « Concours », L’Art décoratif, n°88, 1er janvier 1906, p.25))

Lucy Marchandise, dessin d’un col en dentelle à l’aiguille, concours de la Dentelle française, publié dans L’Art décoratif 1906

Après avoir remporté un concours de décoration de carreaux de céramique organisé par la Revue de l’art début 1906, elle devient en suivant dessinatrice de décors pour la Manufacture de porcelaines de Sèvres20. Ce sont d’ailleurs des dessins de décor pour céramique destinés à la Manufacture qu’elle expose au Salon des artistes français en 1908. Une profession qu’elle assume vraisemblablement plusieurs années. On connaît d’elle une quarantaine de projets de pièces dont beaucoup de vases et quelques services à café. En 1909, elle est toujours mentionnée en tant qu’élève de Mme Laurent-Desrieux tandis qu’elle participe à une exposition des travaux d’élèves à l’école de la Cité du Retiro où elle montre des croquis en blanc sur papier foncé21.

Son mariage avec un médecin versaillais, M. Hadengue, célébré à Paris en 1912, coïncide avec le terme de son activité à Sèvres, et on ne lui connaît plus de manifestation artistique au-delà de cette date. Elle décède à Versailles en 1963.

Lucy Marchandise, Projet du vase d’Izeure,
Sèvres 1908 (E.1911.390).
© Claire Tabbagh, société MANZARA

IV. L’apport d’une base de données

L’étude des parcours professionnels des jeunes femmes autour des années 1900 se révèle complexe et particulièrement longue à mener. À travers les quelques exemples que nous avons pu développer ici, se dessinent cependant quelques traits signifiants relatifs à leur origine sociale, leur postérité, les difficultés auxquelles elles sont confrontées. Il faut garder à l’esprit que celles qui sont illustrées dans notre présentation sont celles dont la carrière artistique s’est effectivement réalisée, dont il est possible de trouver des mentions dans la presse ou des œuvres référencées dans les bases des collections nationales, et que par conséquent elles ne sont représentatives que pour une part seulement des effectifs ayant réellement suivi les cours du Comité des dames.

Or les archives conservées par l’UCAD constituent une masse documentaire qui, du fait de sa variété, s’avère lourde à exploiter. Face à la multitude des sources concernant ces femmes, le choix d’une base de données semble être la meilleure solution d’organisation, mais représente également un outil d’objectivation pour éviter la focalisation excessive sur certaines réussites. Du point de vue de la sauvegarde des informations, l’intérêt de cet outil apparaît comme une évidence, en particulier si l’on envisage une valorisation des archives internes qui permette la mise à disposition de ces données au plus grand nombre de chercheurs.

La proposition que nous avançons, celle d’une base relationnelle élaborée sous un format de logiciel libre (LibreOffice), peut répondre aux besoins de traitement des œuvres et des documents d’archives et permettre l’identification des artistes ou élèves ayant suivi les cours ou pris part aux concours et expositions d’art décoratif sur la période 1890-1920. Elle aiderait probablement à attribuer des travaux ou à compléter des biographies très lacunaires, comme ce fut le cas pour O’Kin.

Notre questionnement a conduit à arrêter une structure initiale avec un choix de tables dictées par la comparaison avec d’autres bases de données artistiques (Orsay, Joconde, POP.) C’est d’après la typologie des informations récoltées sur fiches papiers au cours des recherches initiales que nous avons élaboré les formulaires « artistes » ou « événements », qui seraient les points clés d’un outil d’interrogation de la base.

Exemple de formulaire “artistes” permettant la saisie, Base LibreOffice personnelle, N. Tressol 2021

Après un début d’expérimentation de quelques semaines, qui a permis de renseigner environ 230 noms de femmes, déjà artistes ou encore élèves, et ce à partir d’une dizaine d’événements seulement, ayant eu lieu entre 1896 et 1908, on mesure l’ampleur du travail à accomplir…

Les questions et les limites d’un tel projet se font plus claires : c’est une entreprise ambitieuse et chronophage, difficile à mener à bien, qui impose la nécessité de se limiter à une période définie ou à une liste d’événements précis. C’est, en revanche le type d’outil numérique qui peut trouver son intérêt dans un fonctionnement collaboratif et se voir complété par sessions successives.

Des prolongements sont envisageables, dans la mesure où le format ouvert permet modifications et ajouts, et la question se pose de savoir si un référencement iconographique serait possible, et de quelle manière, tout en observant strictement les règles des droits sur les images.

  1. Travaux de Dames ?, exposition du 8 mars au 17 septembre 2017 au Musée des Arts décoratifs de Paris []
  2. J.O. de la République française, 02 juillet 1922, p.8. []
  3. J.O. de la République française, 15 juillet 1911, p.5.). Elle semble ne pas s’être mariée comme le stipule son acte de décès dressé à Paris le douze avril 1934, l’indiquant comme célibataire et dessinatrice de profession ((AM Paris, archives numérisées, 1934, décès, 14e arr., acte n°1990 []
  4. Victor Champier, Les industries d’art à l’exposition universelle de 1900, t.1, Paris, Bureaux de la Revue des arts décoratifs, 1902, p.113. []
  5. Ciolkowski [Henri Saulnier], « L’art décoratif aux salons de 1905 », La Plume, 1905, p.677. []
  6. Anonyme, Art et décoration, vol.21-28, 1910, p.10. []
  7. Base Joconde, plateforme Ouverte du Patrimoine : https://www.pop.culture.gouv.fr/, consulté le 12 mars 2021. []
  8. Anonyme, « Echos et nouvelles », Bulletin de l’art ancien et moderne, n°121, 29 mars 1902, p.133 []
  9. Anonyme, « Courrier des spectacles », Le Gaulois, 26 octobre 1894, p.4 []
  10. Willy Huybrechts, Louis-Géraud Castor, O’Kin, Rétrospective, catalogue de l’exposition Galerie Willy Huybrechts, Paris, 11 rue Bonaparte, 2016. []
  11. Emile Seyden, « L’art appliqué au Salon d’automne », Art et décoration, t.22, 1907, p. &57 : « Son él-ve, Mlle O’kin, expose auprès de lui [Hamm] deux ou trois jolis peignes, un coffret et un somptueux couteau à papier… []
  12. Archives de la Somme, Montdidier, Naissances, Mariages, Décès 1879-1880, (5MI_D811), 1879, acte n°48. []
  13. Page dédiée à Mlle O’Kin par la Galerie Marcilhac : https://marcilhacgalerie.com/mg2/artistes/O-KIN-EUGENIE.html, vérifié le 11 mars 2021. []
  14. Archives de Paris, Mariages, 15e arr., 1917, 20/01/1917, acte n°105. []
  15. Anonyme, « Courrier des Théâtres », Figaro, n°284, 11 octobre 1895, p.4 []
  16. Ce mariage est en effet signalé dans la région parisienne pour la période 1903-1912, d’après des sources généalogiques fiables []
  17. AD du Calvados, Beaumont-en-Augé, Naissances, Mariages, Décès (1903-1912), 1908 acte n°4. []
  18. Chambre de commerce française de Milan. Bulletin, p.1607 : « Marchandise Léon, mercerie en gros, articles de Paris, parfumeur ». []
  19. Ministère du commerce, Bulletin officiel de la propriété industrielle et commerciale, Paris, Sté anonyme des publications périodiques, février 1885, p.212. []
  20. https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/joconde/50190077055, vérifié le 12 mars 2021 []
  21. André Warnod, « Petites nouvelles des lettres et des arts », Comoedia, 3 avril 1909, p.2 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search