Formation artistique des femmes à l’Union Centrale des Arts Décoratifs : les débuts de l’École d’art (1897-1908) 2/3

Communication lors du séminaire, 5 février 2021, par Nathanaelle Tressol, doctorante Université de Poitiers (CRIHAM).

I. Origine et fondation de l’école d’art

II. Publics : adhérentes et boursières

Difficultés d’identification
L’identification des élèves n’est pas chose évidente pour le cas d’une école aussi ancienne et qui aménageait progressivement son organisation, au fur et à mesure des besoins. Connaître avec certitude le nombre et l’identité des élèves n’est pas assuré en l’absence de registre d’appel ou de livre d’inscription en bonne et due forme. Les cahiers de comptes-rendus des diverses commissions, notamment celle de l’enseignement, pour les années 1905-1913 s’avèrent cependant régulièrement renseignés et riches en détails instructifs. La présidente de cette commission fut longtemps Mme la Comtesse de Maupeou, personnalité vivement engagée dans le mécénat, la philanthropie, artiste lyrique à ses heures et également peintre, sur laquelle il est bon de s’attarder quelques instants tant son rôle est crucial au cours des dix premières années. Le destin de cette école, qu’elle a contribué à fonder en abondant très largement ses finances, semble alors être unanimement reconnu comme son « œuvre » social. Cet engagement se lit à travers la tonalité des rapports qu’elle rédige, à travers ses décisions vis-à-vis des jeunes filles recrutées ou remerciées (rarement), et dans certains commentaires.

Mme la Comtesse de Maupeou participe et supervise le cours de dentelle du Comité des dames, défet de presse féminine illustré, ca 1906.
Archives UCAD E1/91

L’étude des rapports rédigés pendant les premières années fait apparaître que le recrutement des jeunes élèves est un souci constant des dames du Comité. Tant d’un point de vue économique que d’un point de vue moral, dans la mesure où le but, rappelons-le, est de concourir à l’élévation du niveau artistique féminin et de fournir aux jeunes filles une formation professionnelle qui leur assure un mode de vie décent. Cette double exigence guide donc la plupart des décisions prises par la Commission en matière de pédagogie.

Concernant les toutes premières élèves, quelques mentions marginales dans les registres de concours, sur les comptes-rendus de jurys, dans la presse, nous ont livré certains noms. Par la suite, l’instauration progressive du système de bourse aboutit à l’établissement de listes de pupilles dont les admissions se font par proposition d’une des membres, système d’engagement mis en place dans l’esprit d’un parrainage. Soumises mensuellement lors des réunions du Comité qui se prononce en cours de séance, les demandes sont généralement acceptées dès lors que la moralité n’est pas douteuse et que la nationalité française est certifiée. L’entrée prend effet dans le mois qui suit et il est exigé des pupilles que leur présence soit régulière et leurs absences exceptionnelles dûment excusées, comme dans la plupart des écoles1.

Les dossiers d’archives contiennent justement quelques courriers relatifs à ces absences (peu comparativement au nombre d’absence recensées) mais qui permettent de s’interroger sur la nature des activités menées par ces jeunes femmes, sur leur rythme de vie. On peut soupçonner dans le cas des plus à l’aise, des déplacements liés aux villégiatures et au rythme de la vie mondain d’avant-guerre. D’autres jeunes femmes sont chargées de responsabilités ou travaillent par ailleurs. Parmi les absentéistes les plus fréquentes, il se trouve d’ailleurs des noms que l’on constate par la suite démissionnaires (faute de réussite, faute de temps, faute de motivation ?)

Enfin, il se confirme à travers ces cas que le mariage reste un des facteurs décisifs parmi ceux qui mettent le plus souvent un terme aux prétentions artistiques des jeunes femmes, ce qui, loin d’être une nouveauté, était déjà bien observé notamment à travers les travaux de Séverine Sofio2.

Les effectifs ne sont pas certains mais le nombre de pupilles subventionnées (boursières) ne pouvant excéder vingt-quatre dans un premier temps, et ce pour des raisons statutaires, la secrétaire de la commission avait pour habitude d’en dresser une liste nominative mise à jour par année scolaire, précisant la date d’entrée des jeunes filles, ainsi que diverses autres informations. À partir de ces listes établies pour certaines années, 1905-1906, 1906-1907 puis 1907-1908, il nous est possible de relever les noms, adresses, civilités, dates d’entrée (éventuellement de départ) ainsi que l’identité des bienfaitrices des pupilles. Une bourse représentait alors la somme de 50 f versés annuellement pour financer un cursus de dix mois.

Recrutement et publicité: quelles voies et quelles destinataires ?
Une des premières questions qui nous intéressait portait sur la provenance des jeunes élèves car sauf quelques exceptions, elles sont toutes jeunes et demoiselles au moment de leur inscription, ce qui en fait un groupe relativement homogène. Il semble que plusieurs facteurs concourent à mener les jeunes filles vers cette école : le bouche à oreille au sein d’un réseau social favorisé et porté vers les arts est le premier moyen de recrutement. La recommandation d’une jeune nièce, d’une fille ou de celle d’une amie est une pratique courante. La parentèle, ici, comme souvent dans le cas des femmes, joue un rôle déterminant pour favoriser les carrières artistiques. Nous avons trouvé plusieurs jeunes filles affiliées à des membres de l’UCAD. Les filles d’artistes ou d’industriels (Robida, Cornille) forment également une part importante des recrues. Enfin, la directrice de l’École d’art propose régulièrement au Comité des jeunes protégées issues de l’Orphelinat des Arts (qui, bien sûr, sont elles aussi enfants d’artistes ou d’hommes de lettres). La réception très positive dans la presse féminine accentue l’attractivité de l’école comme le révèle ce témoignage :

« Lorsqu’une jeune fille a des goûts délicats, exclusivement artistiques, on aurait tort de molester sa nature, et de vouloir l’obliger à la monotone vie de bureau, ou encore aux luttes commerciales qui peuvent répugner à son caractère. Mais étant donné que l’Art pur ne nourrit ceux qui le servent qu’après de longues années d’attente, elle devra raisonner et concéder à l’espoir de devenir «Artiste» le demi-sacrifice de travailler dans le but d’appliquer à l’Industrie son talent artistique futur, ce qui ne l’empêchera nullement de créer, à côté, des œuvres désintéressées qui aident au succès pratique en augmentant le développement intellectuel de l’artiste, et en affirmant la valeur de celui-ci. La Gravure, la Ciselure, la Broderie, la Dentelle, les Émaux, la Pyrogravure, le Cuir. Mille choses que la mode fait surgir ou met en évidence sont à cultiver. […] Il existe une École d’art, cité du Retiro, dirigée par Madame Laurent Desrieux et patronnée par le Comité des Dames de l’Union centrale des Arts décoratifs et dont madame la Comtesse de Maupeou, vice-présidente, s’occupe tout particulièrement. On y reçoit l’instruction gratuite. Mais l’entrée en devient de plus en plus difficile3. »

III. Quelques trajectoires individuelles

  1. La gestion des absences devient par exemple un sujet problématique dans les années 1905-1906, ce qui conduit à la décision de mettre en place un carnet pour les élèves et un registre de présence à renseigner pour les professeurs []
  2. Séverine Sofio, « L’art ne s’apprend pas aux dépens des mœurs ! » Construction du champ de l’art, genre et professionnalisation des artistes (1789-1848), Thèse pour le doctorat de sociologie, EHESS, 2009, sous la direction de Frédérique Matonti []
  3. Georges Régnal, Comment la femme peut gagner sa vie,Paris, Librairie illustrée J. Tallandier, 1908 p.200 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search