Formation artistique des femmes à l’Union Centrale des Arts Décoratifs : les débuts de l’École d’art (1897-1908) 1/3

Communication lors du séminaire, 5 février 2021, par Nathanaelle Tressol, doctorante Université de Poitiers (CRIHAM).

Avant-propos

C’est dans le cadre d’une recherche doctorale sur les arts décoratifs textiles que nous avons eu l’occasion d’investiguer dans une partie des archives de l’école pour jeunes femmes créée par le Comité des dames de l’Union centrale des arts décoratifs (UCAD). Cette expérience a permis de dresser une image plus précise du fonctionnement de l’école, modeste à l’origine, tout en centrant notre regard sur la question des publics.

Notre thèse ne porte pas directement sur l’UCAD, mais vise à éclairer la carrière de la brodeuse et licière Blanche Ory-Robin (1863-1942), une artiste qui est intervenue comme professeure de broderie à l’École d’art entre 1906 et 1912. C’est le truchement de ce volet biographique qui nous a conduite à nouveau dans les archives de cette institution. Lors d’une communication précédente en 2018, nous avions brièvement présenté l’artiste textile, ainsi que deux autres enseignantes de la même école : Mlle Anna Baumeister (1872-1958) et Mlle Marguerite de Félice (1872-1933)1.

Notre propos cible cette fois les premières élèves, à travers l’exemple particulier de quelques jeunes femmes dont nous avons réussi à esquisser le parcours professionnel. Il présente, en outre, une base de données relationnelle en cours d’élaboration, destinée à référencer un plus grand nombre de ces élèves, qu’il nous a été donné de construire à partir de ces archives.

I. Origine et fondation de l’école d’art

Sources et littérature existante

On assiste depuis les années 2000 à un intérêt renouvelé pour l’histoire de nos institutions artistiques, envisagée et ré-évaluée notamment au prisme de l’ère des réseaux relationnels. Ces lieux de rencontre, de formation artistique, font l’objet d’études nombreuses2. Et si l’on pense en premier lieu aux grandes écoles d’art, il existe également nombre d’ateliers et d’académies privés (Julian, la Grande chaumière, Colarossi, la Palette…) dont l’indépendance et la liberté de création fascinent, parfois pour le rôle de catalyseur qu’ils ont pu jouer dans l’apparition des avant-gardes3. Par ailleurs, la mixité, venue très tardivement aux carrières artistiques – et manifestement toujours source de questionnements4 – reste un autre sujet brûlant d’actualité auquel nous sommes directement confrontés lorsque l’on s’intéresse à des établissements qui ont pris naissance dans une ère de séparation des sexes5.

Les arts décoratifs n’échappent pas à ce mouvement et l’école d’art du Comité des dames, ancêtre de l’école féminine dite “de la rue Beethoven”, constitue un cas particulier de ces institutions d’initiative privée, intéressant tant pour la spécificité de son statut, puisqu’elle s’adosse à une association d’amateurs et d’amatrices antérieure au musée même, que du point de vue de sa longévité en tant qu’école strictement féminine qui perdura jusqu’aux années 1980.

Complétant les premiers travaux généraux de la pionnière Yvonne Brunhammer6 suivis de ceux de Rossella Froissart sur l’Union centrale des arts décoratifs et la mise en place du musée7, l’intérêt pour ce qui fut tout d’abord la “Section féminine” ne s’éveille que dans la première décennie du XXIe siècle. C’est grâce à l’apport de Marie-Amélie Tharaud, stagiaire chartiste venant de l’INP en stage long au musée, qui fut l’une des premières à travailler sur cette institution particulière8. D’autre part, Elise Kershenbaum, alors masterante de l’université de Paris I-Panthéon Sorbonne, a plus particulièrement étudié le rôle du comité féminin dans l’étendue des responsabilités qu’il s’était fixé et a fait ressortir la spécificité de sa dimension philanthropique9. À la lumière des travaux de ces deux jeunes chercheuses, Guillemette Delaporte, responsable des collections de la bibliothèque du musée des Arts décoratifs, a conçu la documentation de la première exposition dédiée à cette école en 2012, un document qui fait encore référence. Ce sont leurs mots qui résument le mieux la nature de ce comité féminin :

Le Comité des dames promeut le travail des femmes dans la production des arts décoratifs. Son action est menée par des « dames du monde », pratiquant l’art en amateur, qui encouragent les travailleuses professionnelles par le biais d’expositions, de concours, d’acquisitions d’œuvres, et par l’enseignement des arts décoratifs aux jeunes filles. Le Comité revêt une portée sociale et morale, puisqu’il cherche à combattre la vie « immorale » qui menace les ouvrières d’art, en proposant à ces dernières un travail honorable qui peut prendre place au sein de leur foyer.

Ainsi, le Comité des dames ne se présente pas comme une œuvre d’émancipation féminine, même si l’on peut penser qu’il contribue à cette cause, mais entend guider les femmes dans un chemin artistique vertueux, par le ressort de l’émulation artistique entre dames du monde et ouvrières. Son activité s’est révélée très féconde dans ses premières années d’existence : organisation de concours et d’expositions, développement de l’Ecole, acquisitions d’œuvres, conférences… Puis au cours des années 1920, les missions du Comité se recentrent uniquement sur son École10.

Cette école est, en effet, a posteriori l’élément le plus durable né de l’action du Comité des dames qui disparaît lui-même vers 1960. Soumise à plusieurs changements de cap et de domiciliation, son histoire est complexe et mériterait une analyse plus complète. Une première phase particulièrement intéressante est celle des années de structuration. Entre 1897 et 1908, soit sur dix années scolaires de fonctionnement, l’école accueille des jeunes filles d’origine assez variée, majoritairement parisiennes ou d’Ile-de-France, quasi systématiquement célibataires, et d’âge relativement homogène, autour de vingt ans.

Son évolution est rapide, nécessite des aménagements spécifiques, de nouveaux locaux, davantage de personnel, des investissements matériels, ce dont témoignent les archives administratives produites à cette époque.

Contexte et concurrence
Dans le paysage des écoles de dessin parisiennes, l’école du Comité des Dames se taille rapidement une place respectable que l’on mesure au nombre de pupilles inscrites mais surtout aux retombées médiatiques liées aux résultats des divers concours auxquels le Comité inscrit ses élèves.

Il faut rappeler que de nombreuses écoles de dessin pour jeunes filles sont en activité au moment même de la création de l’École du Comité des dames. Les écoles dites municipales se doublent des écoles privées subventionnées par la Ville. Dans ces écoles, le principe de la gratuité partielle fait loi et conditionne l’obtention de subventions annuelles de la municipalité. Sur ce sujet, il existe différents rapports dont celui de M. Bellan daté de 1896. On y constate que l’enseignement dispensé dans ces établissements ne laisse que peu de place à l’art appliqué. Tiré de ce document, voici un exemple de rapport succinct établi sur une école du 1er arrondissement et qui permet de s’en faire une idée :

« Mme Pelletier-Dupont. 17, rue du Bouloi.
Les élèves dessinent l’ornement, la ronde bosse, l’académie d’après le plâtre; de temps en temps le modèle vivant; on fait aussi la composition industrielle. Les résultats sont satisfaisants, et plusieurs élèves peuvent utiliser leur connaissance du dessin, soit en travaillant pour les journaux de modes, soit en peignant des émaux et des miniatures. […]11 »

Dans le cas présent, la directrice Julie Pelletier-Dupont, est une artiste peintre miniaturiste. On compte encore bien d’autres écoles de dessin privées, généralement placées sous la direction de femmes artistes. Sur ce même modèle, l’école de dessin de Mme Thoret est des plus réputées, elle est située dans le 6e arrondissement, celle de Mme Roman-Gérôme, rue du faubourg Saint-Honoré, compte également de nombreuses élèves. On délivre dans ces lieux un enseignement manifestement plus poussé vers les arts d’agréments que vers l’industrie, quoique la composition décorative soit toujours indiquée au programme.

Encart publicitaire pour l’école de dessin subventionnée de Mme Louise Thoret, Paris, 6e arr

Par ailleurs, il existe également l’École normale de dessin (pour les deux sexes) dite “Ecole Guérin” et enfin une école protestante particulièrement active, L’École de l’étoile, souvent dite “de l’Avenue de la Grande armée”, sans compter les écoles professionnelles Elisa Lemonnier qui sont destinées à la formation d’ouvrières12. Avec au moins une école par arrondissement plus quelques écoles spécifiques que nous avons mentionnées, auxquelles il faudrait ajouter encore quelques cas particuliers (écoles de chambres syndicales comme celles de la dentelle ou de la joaillerie par exemple), la concurrence est donc intense et c’est sur une identité singulière que fonctionnera l’École d’art : celle d’une structure non-mixte placée sous la protection et la caution morale d’un Comité féminin composé de femmes artistes et d’amatrices reconnues, probable gage de sécurité et de sérieux pour des parents exigeants.

Or, l’École d’art installée 13, cité du Retiro, qui préexiste à la fondation du premier cours du Comité des dames, est placée sous la direction d’une femme peintre, elle-même engagée par tradition familiale dans une oeuvre sociale puisqu’elle est la fille de la comédienne Marie Laurent, fondatrice de l’Orphelinat des arts13 (1880). Mlle Laurent-Desrieux a justement déjà professé à l’Orphelinat des Arts, cette institution de secours aux enfants d’artistes privés de ressources où elle animait bénévolement un cours de peinture sur porcelaine. Son école, dont la date de création nous reste incertaine, visait selon toute vraisemblance à proposer un complément de formation aux jeunes filles sous la forme d’une offre diversifiée dans laquelle les arts visuels ne représentent qu’une part modeste puisqu’on y étudiait également la lecture, la déclamation, la musique, le chant, etc. Soit une approche plus culturelle que professionnelle, peut-être dans l’optique de former des épouses agréables14 ?

Nous ignorons toujours par quel biais le Comité des dames entame des discussions avec Mlle Laurent-Desrieux mais il en résulte que c’est dans ses locaux que le Comité installe son premier cours d’art décoratif et ses premières élèves, 13 Cité du Retiro. Durant ces premières années de fonctionnement, la désignation “École d’art” est alors source de confusion, dans les écrits de presse notamment. Cette indication ne permet pas de distinguer les élèves propres de Mlle Laurent- Desrieux de celles inscrites auprès du Comité, c’est à dire en fonction des cours qu’elles suivent. En outre, au fil des ans, des tensions apparaissent progressivement quant à la gestion des élèves (inscriptions et tarifs, absences, obligations, règlements…) au point que les directions finissent par ne plus s’entendre. Cela conduit en 1909 à une rupture du contrat et à un déménagement vers le 112, boulevard Malesherbes, ainsi qu’à une réorganisation des contenus et à une nouvelle dénomination plus précise : “École-ateliers d’art du Comité des Dames”15. Chaque entité poursuivant alors son évolution séparément, quoique l’une restât plus confidentielle16.

À l’école d’art de la Cité du Retiro officiaient déjà plusieurs professeurs avant que le comité ne fasse appel à Edme Couty pour le nouveau cours de composition décorative en 189817. Il y eut notamment des professeurs bénévoles tels que Pierre-Georges Jeanniot (1848-1934), Léon Lhermitte (1844-1925), Luigi Loir (1845-1916) et Théophile Poilpot (1848-1915) pour le dessin et la peinture. Oscar Roty (1876-1911) et André Massoulle (1851-1901) enseignaient la sculpture et Frantz-Jourdain (1847-1935) donnait des conférences sur les styles. D’autres artistes se joignirent progressivement à ceux-là ou les remplacèrent. Ces cours étaient par contrat accessibles gratuitement aux pupilles du Comité.

Encart publicitaire pour l’École d’art de Mme Laurent-Desrieux,
dans la Revue des Arts décoratifs, janvier 1898.
(Encore sans mention du cours de M. Couty.)

Émulation artistique, systématisation des concours
Dès le début, il est certain que la participation à des concours fait partie intégrante de la formation et sert de procédé d’évaluation global. Les jugements de concours sont soit rendus par une structure extérieure, soit confiés à un jury composé spécifiquement pour chaque occasion, avec les artistes ou industriels les plus concernés (ex: Lefébure pour la broderie). Les élèves des différentes écoles sont invitées à concourir anonymement en usant d’un numéro, d’un monogramme ou d’une devise. Parmi les registres du Comité conservés, il est ainsi possible de découvrir diverses marques derrière lesquelles se dévoilent de futures artistes. Quoique cela puisse paraître anecdotique, il n’est pas inintéressant de connaître et répertorier ces marques et ces devises, éléments qui peuvent dans certains cas concourir à l’identification de pièces anonymes. La question d’un relevé systématique de ces signes distinctifs est donc posée…

Les concours préalables à l’Exposition Universelle de 1900 à Paris furent particulièrement médiatisés et correspondent à des projets que certaines élèves de l’Ecole d’art eurent à traiter au cours de l’année 1899 sous la direction de leur professeur Couty. Celles qui réussirent le mieux cette épreuve qualificative reçurent une publicité significative en supplément du prix réel, souvent en argent, prévu comme récompense. Ce signalement important dans les revues spécialisées se double d’achats éventuels de la part des industriels, tandis qu’au sein même de l’école, la valorisation s’apprécie à travers le fameux Livre des Concours : un ouvrage spectaculaire et fragile récemment numérisé et qui fut exposé à l’époque par deux fois. D’abord présenté à Paris en 1900 au sein de la Classe de l’enseignement professionnel, il fut montré à nouveau en 1901 pour l’Exposition des arts appliqués aux tissus de Rouen.

Livre des Concours, Archives UCAD, MAD Paris.
© Photo Suzanne Nagy.

Nous avons dressé un tableau qui permet de visualiser l’évolution du nombre de cours et leurs enseignants, pour les années que nous connaissons. De plus, en 1907, il est stipulé que chacun des 7 cours comprend les trois divisions : « élémentaire », « secondaire » et « supérieur » selon l’habileté des élèves. Ce découpage pose la question des modalités pratiques de gestion des groupes au moment des cours. À la même date, il est précisé que la scolarité normale dure cinq années mais qu’elle peut, après avis des professeurs concernés, être réduite à une durée plus courte si les élèves possèdent déjà des compétences avérées ou « selon leur capacité à progresser de façon notoire ».

années scolairesEnseignementsprofesseursÉlèvesdont pupillesdont “adhérentes”
 1898Premier cours d’art décoratifEdme Couty22  
1899-1899Premier cours d’art décoratif Art de décorer le cuirEdme Couty Eugène Belville  +12 23    
1899-1900Cours d’art décoratif Art de décorer le cuirEdme Couty Eugène Belville+12 +15  
1900-1901  Cours d’art décoratif Art de décorer le cuirEdme Couty Eugène Belville+21 +6    
Total au bout de 4 ansidemM. Edme Couty M. Eugène Belville67 4446 1121 33
1901-1902non renseigné : idem ?    
1902-1903non renseigné : idem ?    
1903-1904idem Cours de dessin géométrique et perspectiveles mêmes M. Nardac   
1904-190idem Cours de dessin géométrique et perspective Reliureles mêmes M. Nardac M. Jollet   
1906 (extrait règlement fév. 1906)6 cours + 1 (donné en local privé): composition décorativemodelagegéométrie et perspectivecuir d’art, corne ciselée et sculptéereliuredentelle appliquéebroderie  M. Edme Couty M. Alaphilippe M. Edme Couty Mlle A. Baumeister   M. Champs Mlle A. Baumeister Mme Ory-Robin   
1906-1907 (nouveau règlement fév 1907)7 cours + 1 (en local privé): composition décorative cuir d’art modelage géométrie et perspective reliure et gainerie   dentelle appliquée ivoire sculpté broderie  M. Edme Couty ? M. Alaphilippe M. Edme Couty M. Champs / Mlle de Félice Mlle A. Baumeister Mlle A. Baumeister Mme Ory-Robin   
Récapitulatif des enseignements recensés, Nathanaelle Tressol.
Extrait du registre d’enregistrement pour un concours d’ombrelle, 1906.
(Nom des concurrentes, adresse, n°, signe ou devise, remarque éventuelle)
Archives UCAD, E1/48.

II. Publics : adhérentes et boursières

III. Quelques trajectoires individuelles

  1. Nathanaelle Vimare-Tressol, « Enseigner les métiers d’art aux jeunes filles : cuir et broderie à l’Ecole d’Art du Comité des Dames », Les femmes et le travail du Moyen Âge à nos jours, Journée d’étude des doctorants du laboratoire Criham, Poitiers, jeudi 26 avril 2018. []
  2. Sans viser à l’exhaustivité, on mentionnera les études suivantes à titre d’exemple : Alain Bonnet, France Nerlich, Apprendre à peindre : Les ateliers privés à Paris 1780-1863. Nouvelle édition [en ligne]. Tours : Presses universitaires François-Rabelais, 2013 (généré le 27 janvier 2021). Disponible sur Internet : . ISBN : 9782869065871. DOI : https://doi.org/10.4000/books.pufr.15105. Émilie Verger, « L’enseignement aux Beaux-Arts de Paris de 1960 à 2000 : une histoire d’artistes », Marges, 2020/1 (n°30), p. 112-132. DOI : 10.4000/marges.2044. URL : https://www.cairn.info/revue-marges-2020-1-page-112.htm Alain Bonnet, L’enseignement des arts au XIXe siècle. La réforme de l’École des beaux-arts de 1863 et la fin du modèle académique, Collection « Art et Société », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006. Isabelle Conte, « Les femmes et la culture d’atelier à l’École des Beaux-Arts », Livraisons de l’histoire de l’architecture [Online], 35 | 2018, Online since 15 June 2020, connection on 12 March 2021. URL: http://journals.openedition.org/lha/956; DOI: https://doi.org/10.4000/lha.956 Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts de Paris (1800-1968), en ligne : https://agorha.inha.fr/inhaprod/ark:/54721/0017, consulté le 11 mars 2021. []
  3. Denise Noël, « Les femmes peintres dans la seconde moitié du XIXe siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire [Online], 19 |2004, Online since 23 August 2013, connection on 10 March 2021. URL : http://journals.openedition.org/clio/646 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.646 ; Benoît Noël, Jean Hournon, Parisiana : la capitale des peintres au XIXème siècle, Paris, les Presses franciliennes, 2006. []
  4. Rapport d’information fait au nom de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes sur le thème « La place des femmes dans l’art et la culture », par Mme Brigitte Gonthier-Maurin, Sénatrice. Disponible en ligne sur : https://www.senat.fr/rap/r12-704/r12-704.html, vérifié le 10 mars 2021. []
  5. Marlaine Cacouault-Bitaud, Hyacinthe Ravet, «Les femmes, les arts et la culture. Frontières artistiques, frontières de genre», Travail, genre et sociétés, 2008/1 (Nº19), p.19-22. DOI : 10.3917/tgs.019.0019. URL : https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2008-1-page-19.htm Annie Boulon-Fahmy, Du féminin dans l’art ou l’art a-t-il un genre ? Les arts plastiques au féminin In : Genre & Éducation : Former, se former, être formée au féminin [en ligne]. Mont-Saint-Aignan : Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009 (généré le 27 janvier 2021). Disponible sur Internet : . ISBN : 9791024010199. DOI : https://doi.org/10.4000/books.purh.1740. []
  6. Yvonne Brunhammer, Cent chefs-d’œuvre du Musée des arts décoratifs : Exposition organisée à l’occasion du centenaire de l’Union centrale des arts décoratifs, 16 octobre 1964-15 janvier 1965. Catalogue d’exposition, Paris, Musée des arts décoratifs, impr. Tournon et Cie, 1964. Yvonne Brunhammer, Le Beau dans l’utile : un musée pour les arts décoratifs, Paris, éditions Gallimard, coll. «Découvertes Gallimard / Culture et société» (no 145), 1992. []
  7. Rossella Froissart, «Les collections du Musée des arts décoratifs de Paris : modèles de savoir technique ou objets d’art?», in : Chantal Georgel (ed.), La jeunesse des musées. Les musées de France au XIXe siècle, Paris, RMN, 1994, p.83-90. Rossella Froissart. «Controverses sur l’aménagement d’un musée des arts décoratifs à Paris au XIXe siècle». Histoire de l’art : bulletin d’information de l’Institut national d’histoire de l’art publié en collaboration avec l’Association des professeurs d’archéologie et d’histoire de l’art des universités, Somogy, 1991, pp.55-63. ⟨hal-02338331⟩ []
  8. Marie-Amélie Tharaud, «Étude du Comité des Dames, organe de l’Union centrale des arts décoratifs (UCAD) sous la direction d’Evelyne Possémé, conservateur en chef du patrimoine, chargée du département art nouveau-art déco, Musée des arts décoratifs», Liste des travaux des élèves conservateurs, promotion 2010, in Patrimoines, revue de l’Institut National du Patrimoine, n°7, 2011, p.166. Marie-Amélie Tharaud, Rapport scientifique, stage INP/Musée des arts décoratifs, 2012. []
  9. Elise Kerschenbaum, Le comité des dames de l’Union centrale des arts décoratifs. Genèse d’une section féminine dans le Paris fin de siècle, mémoire de master 2 d’histoire, Ch. Chale dir., Université Paris 1, 2012 []
  10. Tharaud, op. cit. []
  11. Conseil municipal de Paris, n°66, Rapport présenté par M. Léopold Bellan, au nom de la 4e Commission, sur la répartition du crédit pour subventions, en 1896, aux établissements libres de dessin, Paris, 1896, p.2. []
  12. Rebecca Rogers, « Quelles écoles professionnelles pour les jeunes filles pauvres ? », Revue d’histoire du XIXe siècle [Online], 55 | 2017, Online since 02 December 2019, connection on 11 March 2021. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5329 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.5329 []
  13. “Courbevoie. – Orphelinat des Arts, 14, rue de la Montagne. Fond. par un groupe d’artistes dramatiques dont Mmes Marie Laurent, Sarah Bernhardt, Croizette, etc. (1880). – Recon. ut pub. Direction laïque. Grat. Reçoit les filles d’artistes, peintres, musiciens, gens de lettres, depuis le premier âge jusqu’à 18 ans. 65 places.” in : Office central des œuvres de bienfaisance, Paris charitable et bienfaisant, Paris, Librairie Plon-Nourrit et Cie, 1912, p.156. []
  14. Note de l’auteur : On peut lire dans Le Temps du 09 juillet 1905 un témoignage qui semble éclairant sur le fonctionnement de l’Orphelinat et en particulier dans son lien à l’école d’art, évoquant le cas d’orientation des jeunes protégées vers des carrières artistiques et affirmant l’existence d’un talent parfois héréditaire… Cela transparaît dans une interview de Mme Poilpot, qui en était alors la directrice. Or Mme Jeanne Poilpot (1854-1919) était dans le même temps membre du Comité des Dames. Elle représente donc un lien tangible entre les deux institutions, sans oublier qu’elle était fille d’artiste, née Carrier Belleuse, et épouse du peintre Théophile Poilpot fils (1848-1915), et de plus, la soeur de Mme Chéret-Carrier Belleuse, secrétaire du Comité des Dames. []
  15. Une remarque écrite dans l’un des comptes-rendus de l’activité d’enseignement en 1911 laissait entendre que lors de l’année 1910, des œuvres des jeunes filles avaient été mal étiquetées et mal attribuées au point de susciter l’émoi et un certain malaise entre les deux directions ((archives UCAD, E1/81 []
  16. Gabrielle Réval, L’avenir de nos filles: édition illustrée, Paris, A. Hatier, 1915. L’intitulé semble alors avoir changé pour : “Ecole libre des Arts. – Mlle Laurent Desrieux, cité du Retiro, rue Boissy-d’Anglas, Paris.” []
  17. Georges Berger annonçait fièrement : “un cours d’Art professionnel à l’école de dessin de Mmes Gillé et Desrieux, cité du Retiro. M. Edme Couty, dont nous avons tant de fois apprécié le dévouement et le talent, a bien voulu accepter de faire gratuitement ce cours.”, Revue des Arts décoratifs, 1898, p.127. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search