Séminaire – Transmettre et apprendre : idéaux et réalisations de l’Union Centrale. 19 mars 2021, 14h30

Jean-Baptiste-Jules Klagmann, 1835/1845 (vers), [Etude pour un bracelet], aquarelle sur esquisse au crayon. H. cm : 6,2 – 1 cm.
N° d’inventaire : 9503.B. @Paris, MAD / Jean Tholance.

L’ « adresse de la main » et l’« intelligence qui conçoit » : L’Ecole des Beaux-Arts appliqués à l’industrie de Jules Klagmann et Gabriel Davioud (1866), ou l’unité rêvée de l’atelier et du dessin.
par Rossella Froissart, EPHE–PSL (EA 4116 Saprat–Savoirs et pratiques du Moyen Âge au XIXe s.)

Après le succès rencontré par le concours des 239 écoles organisé par l’Union centrale en 1865 – volet pédagogique de l’exposition au Palais de l’Industrie – une idée se fait jour : fonder un Collège des beaux-arts appliqués à l’industrie où seraient formés les « ouvriers-artistes » capables de renouveler la production artistique contemporaine. L’exposition universelle de 1867 approche et l’Union centrale entend répondre aux sollicitations que le ministre de l’Instruction publique Victor Duruy a formulées lors d’une visite de la bibliothèque, à la fin de 1864.

Union centrale des arts décoratifs, Vue d’ensemble de la salle consacrée au gothique, section rétrospective de la salle de l’exposition de 1865
(Album Maciet). Coll. Bibliothèque du musée des Arts décoratifs, @Paris, MAD

A un premier projet élaboré par le comité d’organisation répond une contre-proposition émanant de la commission consultative et signée par le sculpteur ornemaniste Jules Klagmann (1810-1867) et par l’architecte Gabriel Davioud (1824-1881). L’originalité de celle-ci réside dans l’association étroite de « l’adresse de la main » et de « l’intelligence qui conçoit » : étayé par une pédagogie novatrice du dessin, le retour décisif à l’atelier doit favoriser l’éclosion d’un artiste complet et polyvalent, partie prenante du progrès industriel. Au-delà de l’échec de l’initiative, le projet du Collège nous permet aujourd’hui d’identifier les camps en présence dans le contexte des débats très vifs qui accompagnent la réflexion sur l’enseignement des arts, sur fond de crise de l’apprentissage et de recherche d’une esthétique moderne.

La bibliothèque du musée des Arts décoratifs comme outil, de la place des Vosges à la rue de Rivoli.
par Laure Haberschill, responsable des fonds patrimoniaux, bibliothèque du Musée des arts décoratifs.

La bibliothèque du 3 place des Vosges dans les années 1890. Coll. Bibliothèque du musée des arts décoratifs @Paris, MAD

Les industriels d’art fondateurs de l’union centrale des beaux-arts appliqués à l’industrie ont créé en 1864 la bibliothèque des arts décoratifs comme un outil de formation et de création à la disposition des travailleurs. Pensée lors de son ouverture telle un fonds d’atelier à grande échelle combiné à un « musée de papier » et à un lieu d’éducation, elle est à disposition du plus grand nombre, installée dans les mêmes locaux qu’un musée de modèles et une salle de conférence. Par la suite, elle n’a cessé d’évoluer, d’abord grâce à la création par ses responsables d’un nouvel outil : la collection iconographique, puis après le déménagement rue de Rivoli, en réponse à la mutation de son public et enfin en mettant à profit l’évolution des techniques actuelles.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search