Architecture, littérature, philosophie et société au tournant des Lumières : « L’Architecture considérée sous le rapport de l’Art des moeurs et de la législation » de Claude-Nicolas Ledoux, une édition numérique

par Fabrice Moulin et Dominique Massounie, maîtres de conférences, université Paris-Nanterre, responsables du projet au sein du labex Les Passés dans le Présent.

L’auteur, le livre, le projet éditorial

Claude-Nicolas Ledoux est mondialement connu – malgré la destruction d’un très grand nombre de ses œuvres – comme l’architecte de la Saline royale de Chaux (commune d’Arc-et-Senans), site inscrit sur la liste du patrimoine mondial par l’UNESCO, mais aussi pour être l’auteur d’un ouvrage luxueux, L’architecture considérée sous le rapport de l’art, des moeurs et de la législation, paru en 1804 : le texte (240 pages) a toujours suscité la curiosité par le style figuré (« amphigourique » pour certains de ses contemporains) qu’il a choisi d’employer et qui en rend l’accès relativement difficile, tout comme l’illustration gravée, très soignée, de grand format et d’une modernité affirmée (125 planches). L’ouvrage est principalement conservé dans les grandes bibliothèques patrimoniales, sur les cinq continents, et il a fait l’objet de plusieurs reproductions à l’identique depuis 1962.

Frontispice de l’ouvrage, édition de 1846.
Coll. Bibliothèque du MAD.

Ce volume en annonçait quatre autres que l’architecte ne parvint pas à publier avant sa mort en 1806. Nous connaissons ce projet éditorial à visée pédagogique grâce à la description qu’il en fit lui-même en 1802 dans un Prospectus d’une vingtaine de pages, mais aussi  par l’édition posthume d’un puis de deux volumes, en 1846 à Londres puis 1847 à Paris, de planches privées de texte, à l’initiative de l’architecte Daniel Ramée. Cet ouvrage est intitulé Architecture de C. N. Le Doux et il est bien plus rare que le premier : parmi la dizaine d’exemplaires localisés, celui que possède la Bibliothèque des Arts décoratifs est dans un état remarquable de conservation. Enfin, un troisième ensemble d’illustrations se trouve aujourd’hui conservé à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris sous la forme d’un recueil factice, publié en 1991 par Michel Gallet, les Inédits pour un tome III. L’édition numérique à laquelle nous travaillons, avec nos partenaires et une équipe pluridisciplinaire de chercheurs, vise à rendre accessible en une seule et même ressource l’ensemble des témoins dispersés de ce projet ledolcien, textes et images, accompagnés d’un apparat critique et d’études thématiques.

La représentation de l’architecture

A ces trois grands ensembles de planches figurant les édifices bâtis et projetés par Ledoux, il faut ajouter des recueils inachevés composés par l’architecte avant la Révolution pour assurer la promotion de son entreprise (l’un des quatre identifiés est conservé dans le fonds Doucet de la bibliothèque de l’INHA, partenaire du projet), mais aussi des planches isolées qui correspondent également parfois à des tirages uniques qui témoignent de l’état d’avancement de la gravure :  ils se trouvent notamment dans la collection Maciet à la Bibliothèque des Arts décoratifs , dans la topographie des Estampes de la Bibliothèque nationale (partenaire au sein du Labex), aux Archives de la Seine-et-Marne pour la vue du village de Mauperthuis. Deux élévations du palais du Landgrave de Cassel étaient autrefois dans la collection Moreux et il est probable que d’autres encore soient en main privée. Quelques dessins préparatoires sont également connus : celui de la vue du théâtre projeté pour Marseille (collection Tchoban), la vue des écuries de Mme du Barry (Librairie-Galerie Cambon, catalogue n°15). D’autres sont conservés en Angleterre, aux Pays-bas, à Sceaux, à Besançon, à Aix (Gallet, 1980, p. 6). Qu’en est-il des 273 dessins envoyés en Russie à la veille de la Révolution ?

Edition de 1846. Coll. Bibliothèque du MAD.

Il s’agit également de mettre en lumière les graveurs qui travaillèrent pour l’architecte entre 1773 et la fin du XVIIIe siècle, et dont on sait bien peu. Parmi une vingtaine d’intervenants, citons François-Nicolas Sellier, auteur des planches de la saline mais aussi des hôtels d’Hallwyl et d’Uzès, de Thélusson, des châteaux de Mauperthuis et de Bénouville, des édifices pour Madame du Barry et des maisons Saint-Germain, Guimard, Tabary ou encore Witt ; Angélique Moitte, fille de sculpteur, qui collabora avec lui pour la vue perspective de la bergerie de La-Roche-Bernard et représenta seule le marché de la ville de Chaux ; Pierre-Gabriel Berthault, dont on connaît plusieurs vues gravées des événements de la Révolution, un spécialiste de la perspective, excellent graveur d’architecture ; les frères Varin, Joseph et Charles-Nicolas ; Nicolas Ransonnette, graveur de Monsieur, bien connu pour s’être associé au début du XIXe siècle à l’architecte Jean-Charles Krafft pour les recueils des maisons modernes de Paris et des environs, qui signa dix planches dans le volume de 1804, mais aussi des propylées et les maisons Hosten ; Van Maëlle, auteur de plusieurs barrières et de la plupart des plans du palais de justice et des prisons d’Aix, associé à la « femme Groux » ou Varin. Apparaissent encore les signatures d’un Delettre, de Nicolas Louis Rousseau, Sixdeniers, Nicolas François Joseph Masquelier, J.-J. De la Porte, Bordier, Geoffroy, Héluis, Boutrois , Simon, Coigny  ou encore Crépy.

Associée au projet, Séverine Guillet, lauréate d’une allocation de thèse Paris-Lumières, travaillera jusqu’en 2024, dans le cadre de son doctorat, à l’étude de l’illustration. Le travail d’étude et de datation, auquel contribue au sein de la bibliothèque des Arts décoratifs Laure Haberschill, responsable des Fonds patrimoniaux, revêt une importance capitale pour comprendre la chronologie du projet éditorial mais aussi pour déterminer si ce que Michel Gallet nomme le “style radical” (1980, p. 223), que d’autres plus hardis n’hésitent pas à qualifier de “révolutionnaire”, correspond ou non à une phase distincte et tardive du travail de Ledoux. En effet, le volume paru en 1804 rassemble des modes de représentations variés qui traduisent l’évolution du livre d’architecture, entre la fin de la période moderne et le tout début du XIXe siècle. Pour la saline royale, Ledoux a assemblé des coupes, celles du pavillon de la porte, ou des plans, ceux du logement des berniers, mais pour les maisons de campagne et les édifices publics de la ville de Chaux, il a composé des planches d’un genre nouveau, associant une vue perspective, comme chapeau, aux plans, coupes et élévations géométrales distribués dans une grille. Le livre surprend aussi par l’importance de grandes vues perspectives que l’on retrouve plus volontiers dans les livres d’Antiquités ou les voyages pittoresques. Il faudra déterminer la contribution de Ledoux au renouvellement du livre d’architecture.

Planche extraite d’un album Maciet, issue de l’édition de 1804.
Coll. Bibliothèque du MAD.

Le texte de Ledoux

Le texte, que Ledoux décida d’ajouter, dans un deuxième temps, à son projet initial de recueil de planches, contribue à faire de l’ouvrage un OVNI parmi  la littérature d’architecture, toutes époques confondues. Commencée sans doute lors de son incarcération pendant la Terreur, l’écriture semble avoir eu d’abord pour but d’assurer la défense de l’architecte dans la tourmente révolutionnaire. L’artiste jusqu’ici chéri des princes et des financiers, voulait donner des gages de son dévouement au bien public et à la nation. Mais le projet de Ledoux prit progressivement une dimension beaucoup plus ambitieuse pour porter une véritable philosophie de l’art et de l’architecture, et proposer à la postérité et aux futurs architectes (les “enfants d’Apollon”), une leçon d’architecture régénérée. L’écriture dense et allégorique de l’artiste, qui dialogue de façon complexe et déroutante avec les gravures, est à la hauteur de l’ambitieuse mission. Rédigé, à la première personne, dans un “style figuré”, c’est-à-dire à la fois imagé (dimension poétique), élevé (dimension rhétorique) et symbolique (dimension allégorique), le texte fulgurant autant qu’impénétrable a d’emblée fasciné (Cellerier, ami et premier biographe de Ledoux, vante son « style magique et poétique ») … ou rebuté, pour son hermétisme déconcertant.

Planche extraite d’un album Maciet, issue de l’édition de 1804.
Coll. Bibliothèque du MAD

Quelques pages suffisent au lecteur qui s’aventure dans “le vaste champ où [l’architecte] placé tous les genres d’édifices que réclame l’ordre social,” pour prendre conscience de l’ampleur et de la multitudes des champs du savoir, de l’art et de la culture mobilisés par l’architecte qui se fait tour à tour ou simultanément écrivain, orateur, poète, moraliste, philosophe, économiste, peintre, démiurge…

Est-il quelque chose qui […] soit étranger à L’Architecture ? rappelle Ledoux. Cet art qui rassemble toutes les connoissances, n’est-il pas lié par des attractions sensibles, à l’administration générale, à la politique des cours, aux mœurs publiques et particulières, aux sciences, à la littérature, à l’économie rurale, au commerce ?”

Autant dire que son livre est à l’image de son art : une formidable encyclopédie, synthèse de la culture des Lumières, enveloppée dans vision créative surplombante qui met en branle l’ensemble des domaines.

Le travail collaboratif : déchiffrer le hiéroglyphe

Si, depuis une trentaine d’années, plusieurs études ponctuelles, dont celles de Daniel Rabreau, se sont efforcées de redonner à ce texte toute sa place parmi la production culturelle de cette période qu’on appelle le “tournant des Lumières”,  aucune étude d’ensemble, qui embrassât tous les aspects de ce texte hiéroglyphe, n’avait été entreprise.

C’est l’objectif de ce projet qui fait le pari de la collaboration des disciplines et des chercheurs pour élucider les différents niveaux de lecture du texte, et les éclairer mutuellement.

  • Une approche littéraire, cherche à étudier le style de Ledoux, entre tradition (les héritages de l’éloquence scolaire ou politique) et création (néologismes…) ; entre mythologie et allégorie. Elle travaille aussi à identifier le réseau serré d’inter-textes tissé sous la plume de Ledoux, pour mettre en évidence la mosaïque des emprunts, allusions et réécritures : aux Anciens (épopée, tragédie, mais aussi idylle, églogue, satire…) comme aux Modernes (avec des emprunts au roman de formation, à la littérature picaresque, ou encore au roman utopique…).
  • Une approche philosophique ou d’histoire des idées, permet d’envisager l’ouvrage comme une véritable synthèse, au crépuscule du siècle, de la pensée des Lumières. On en retrouve, sous la plume de l’architecte, tous les principaux substrats : le sensualisme lockien, le progressisme des encyclopédistes, le rousseauisme, mais aussi la pensée physiocratique qui irrigue l’ensemble de ses conceptions économiques.
  • Une approche historique et biographique permet d’apporter de nouveaux éclairages sur l’Œuvre et la pensée théorique de Ledoux. Car sous le voile du mythe et de la rhétorique, Ledoux traduit en fait des expériences bien réelles, et parfois très précises de sa carrière, de son métier, de ses chantiers, qu’il revient aux chercheurs de mettre au jour.
  • Une approche théorique et esthétique permet d’inscrire les conceptions ledolciennes de la création (artistique et poétique) dans le contexte plus vaste de l’esthétique des Lumières, tout en dégageant, de façon cohérente, les éléments d’une théorie de l’art, aspect essentiel (mais disséminé) de l’ouvrage.
  • Enfin, une approche symbolique et analogique, dont la pertinence a déjà été démontrée par nombreuses études, permet de réévaluer les liens que peut entretenir la pensée de Ledoux avec l’univers maçonnique, et, plus largement, avec toute une littérature allégorique ou alchimique (notamment le Songe de Poliphile).

Ces approches qui croisent les disciplines, sont le partage de la quinzaine de chercheurs, en France, en Europe, au Québec, aux États-Unis, qui composent l’équipe du projet. Historiens d’art et d’architecture, historiens des idées, spécialistes de la littérature des Lumières, de la langue, de la rhétorique ou du style, ils se penchent ensemble sur le texte de Ledoux, dans un travail collaboratif auquel s’associent étroitement les partenaires institutionnels impliqués dans le projet (Bibliothèque des Arts Décoratifs ; Saline Royale d’Arc-et-Senans).

Ce travail collectif  prend plusieurs formes :

  • un travail asynchrone d’annotation, au fil du texte, grâce à un outil collaboratif d’annotation (le client opensource Hypotheses.is).
  • des webminaires réguliers qui sont l’occasion de soumettre à la discussion les annotations tout en précisant, progressivement, les grandes lignes scientifiques du projet éditorial.
  • Des événements scientifiques (journées d’études et colloque) qui ponctuent l’avancée du projet. Ces événements annuels, accueillis par les institutions et bibliothèques partenaires,  sont l’occasion d’ouvrir les perspectives, au-delà du seul travail d’annotation, à un public plus large, et à d’autres intervenants, autour de problématiques sur Ledoux, son livre et son œuvre. Les travaux présentés auront vocation à être publiés sur le site sous forme de chapitres thématiques ou méthodologiques.

L’édition numérique augmentée

Le double travail sur le texte et l’illustration débouche, au terme du projet, sur la publication d’une édition numérique scientifique, du livre de Ledoux, dans l’ensemble du vaste projet éditorial inachevé. Il s’agit de rendre le grand ouvrage à la fois lisible et visible, dans toute la force de ces termes.

Lisible : grâce au riche appareil de notes qui permettra, à un premier niveau, de lever les difficultés littérales et contextuelles de lecture, tout en proposant, selon l’intérêt ou la curiosité du lecteur, des développements scientifiques plus approfondis.

Visible : grâce à la mise à disposition de l’ensemble des illustrations en Haute Définition. Un grand soin sera apporté à la qualité du visionnage, à la facilité de manipulation des images ainsi qu’à la restitution du lien étroit et dynamique entre le texte et l’image.

Ledoux avait conçu son ouvrage comme un testament, comme un legs de la mémoire de son oeuvre aux générations futures – mais dans un format et à un coût qui vouaient presque d’emblée l’entreprise à l’échec. Notre projet peut aussi être vu comme l’accomplissement, à l’ère de la diffusion numérique, de ce vœu de transmission et d’héritage de l’architecte.

La muséographie numérique

Le dernier aspect du projet concerne la vulgarisation du travail scientifique à destination des publics de la Saline royale. Tandis que le projet scientifique se précisait en 2019, la Saline prenait la décision de renouveler profondément la médiation au sein du monument et du musée des maquettes qu’elle abrite. Aussi, l’équipe est-elle déjà largement engagée dans un travail de réflexion et d’édition avec ce partenaire exceptionnel, sous la conduite d’Isabelle Sallé, directrice Culture et Patrimoine de l’établissement. En 2020, le contenu des tables tactiles d’aide à la visite a été élaboré en collaboration avec l’entreprise Histovery : il permet de donner à voir, en s’appuyant sur la recherche la plus ardue, ce qui a disparu, les aménagements des bâtiments et les activités qui s’y déroulaient, les gigantesques poêles des bernes qui servaient à la cuite de la saumure, les passerelles de circulation et les espaces de stockage du sel, l’atelier de fabrication des tonneaux, les forges de la maréchalerie, les appartements de la maison du directeur, etc.

Planche extraite d’un album Maciet, issue de l’édition de 1802.
Coll. Bibliothèque du MAD

Dans le cadre du musée des maquettes, trois films ont été réalisés permettant la visite virtuelle de monuments mutilés ou disparus, le théâtre de Besançon, la maison Guimard et l’hôtel Thélusson. Le contenu du livre de 1804, présenté dans une vitrine scellée, sera bientôt pourtant entièrement accessible par le moyen d’une table tactile. D’ici la fin de l’année, il sera possible de feuilleter l’ouvrage mais aussi d’avoir une approche de l’œuvre de Ledoux. Trois parcours adaptés ont été élaborés : les parcours “découverte” et “éclairé” qui présentent l’architecture ainsi qu’une entrée plus spécialisée, dite parcours “scientifique” entièrement consacrée au projet éditorial de Ledoux. Cette première version sera enrichie au fur et à mesure du travail d’élucidation et d’annotation du texte et d’étude de l’illustration. Enfin, la société ICONEM a réalisé une dizaine de restitutions 3D des projets de l’architecte à l’aide des gravures de L’Architecture, qui seront présentées sur le même support. Une part importante de l’illustration issue de l’exemplaire Ramée de la bibliothèque des Arts décoratifs est d’ores et déjà intégrée à ce contenu éditorial à destination du public de la Saline.

Le projet sur le site du labex Les passés dans le présent


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search