Le fonds d’archives du Salon des Arts Ménagers (1923 – 1983) ou l’évolution des formes industrielles en 500 albums photographiques

Par Léonie Thiroux, historienne du design

C’est après avoir mené plusieurs travaux de recherche sur le Salon des Arts Ménagers (SAM), et parcouru de manière extensive le fonds s’y afférent conservé aux Archives Nationales, qu’a germé l’idée de traiter la seconde partie du fonds, conservée quant à elle à la Bibliothèque du Musée des Arts Décoratifs.

Vue générale du SAM, 1959 © Bibliothèque du MAD / Photographe : Studio Orto. Cote : SAM A 539

Ce fonds, déposé en 1985 par le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) ne disposait jusqu’ici que d’une description sommaire. Plus de 126 mètres linéaires d’archives attendaient patiemment leur traitement.

De l’intégralité de ce fonds, je n’ai traité que les archives à proprement parlé, composées d’albums photographiques, de fiches techniques, de tirages photographiques, d’ektachromes, d’albums de coupures de presse, et les archives concernant certaines manifestations organisées par le commissariat du SAM, au nombre desquelles les pavillons français de la Triennale de Milan.

Au-delà de mon intérêt et de ma curiosité personnels, une question sous-jacente a retenu toute mon attention lors du traitement de ce fonds, celle de comprendre pourquoi il a été déposé aux Arts Décoratifs.
Une des premières clés de compréhension se trouve dans les liens qui se sont tissés entre l’UCAD et le SAM au fil des années, et pour les comprendre un bref historique de cette manifestation s’impose.

Vue générale du SAM, 1959 © Bibliothèque du MAD / Photographe : Studio Orto. Cote : SAM A 539

Créé en 1923 à l’initiative de Jules-Louis Breton, premier directeur de l’Office national des recherches scientifiques et industrielles et des inventions (ONRSI), ancêtre du CNRS, le Salon des Arts Ménagers rencontre un immense succès auprès du public dès sa première édition. Il prend d’abord le nom de Salon des Appareils Ménagers et expose dans deux pavillons situés sur le Champs de Mars à Paris.

Le SAM s’installe ensuite au Grand Palais à Paris, puis déménage en 1961 au Centre National des Industries et Techniques (CNIT) à la Défense, où il continuera à exister jusqu’en 1983.

Pour mieux comprendre la trajectoire et l’influence de ce salon, qui connait aujourd’hui un regain d’intérêt, il faut remonter à ses origines et à son fondateur Jules-Louis Breton (1872-1940).

Jules-Louis Breton est issu d’une famille bourgeoise du Nord-Pas-de-Calais, il entreprend des études d’ingénierie chimique, et c’est dans le milieu universitaire qu’il va faire la rencontre de nombreuses figures de la gauche socialiste. Il s’engage rapidement sur le chemin de la politique et est élu député, puis sénateur. Son engagement politique et scientifique le mène à intégrer la Commission supérieure des inventions intéressant la défense nationale pendant la Première Guerre mondiale, puis à prendre la tête de l’ORNI en 1922. En parallèle, il est nommé ministre de l’Hygiène, de l’Assistance et de la Prévoyance Sociale entre 1920 et 1921.

          C’est donc fort de ces expériences et du constat de la nécessité d’améliorer le quotidien des Français par la recherche et l’invention de nouveaux objets et appareils ménagers qu’il crée le Salon des Appareils Ménagers.

          Pensé à l’origine comme un lieu servant à exposer les nouvelles inventions censées faciliter la vie de la ménagère, et à travers elle, celle de la cellule familiale, le Salon de Jules-Louis Breton va rapidement connaitre une croissance exponentielle de sa superficie, du nombre d’exposants présents, et du nombre de visiteurs parcourant ses allées.

Rapidement et devant l’accroissement de cette manifestation, Jules-Louis Breton va déléguer à ses fils les activités qui viennent former une constellation autour du Salon.

En 1927, son fils André Jules-Louis Breton fonde et dirige la revue l’Art Ménager, puis en 1929 son fils Paul Breton devient commissaire général du Salon.

Enfin, son dernier fils, Jean Breton prendra la direction des services techniques et architecture. C’est à ce dernier que l’on doit la création de l’Exposition de l’Habitation, qui se tiendra en parallèle du Salon à partir de 1934.

Portrait de Boris Vian, c. 1956 © Bibliothèque du MAD / Photographe non identifié. Cote : SAM A 433


Comme le souligne très justement Charlotte Perriand à propos de Jules-Louis Breton : « Il avait invité les industriels à s’investir, à promouvoir cette civilisation des Arts ménagers, une véritable révolution dont nous lui sommes toujours redevables — un raz de marée tellement entré dans les mœurs qu’on l’oublie aujourd’hui. En soixante ans, avec ses fils Paul et Louis, il a contribué à structurer cette civilisation de consommation. Il intéressa les industriels, les artistes, les syndicalistes, les politiques, la société toute entière. »[1]

Ce lieu qui a inspiré la « Complainte du Progrès » de Boris Vian, est le miroir de nos modes de consommation actuels, plus encore, dans le cas de la France, il en est en grande partie l’instigateur discret et silencieux. Un des grands acteurs de ce changement de consommation est l’association Formes Utiles, qui nait de l’Union des Artistes Modernes (UAM). Ils sont à la recherche d’un nouveau projet, d’une nouvelle cohésion et de nouvelles réponses à apporter aux problèmes d’habitation des Français. Ils cherchent aussi à améliorer leurs manières de vivre.

Cette association dirigée par René Herbst expose dès 1949 au Musée des Arts Décoratifs dans le Pavillon de Marsan. Elle s’installera au SAM dès 1952 et y exposera tous les ans jusqu’en 1983. Ce glissement du musée au Salon est symptomatique d’un changement de comportement des visiteurs du SAM qui, avec le regain économique de la France, deviennent des consommateurs et des acheteurs et non plus de simples flâneurs. Il incombe donc au SAM la lourde tâche de leur éducation à la consommation, et à Formes Utiles celle de leur apprendre les « bonnes formes », dans la veine du Good Design qui apparait en Angleterre et aux Etats-Unis à la même époque, portée par le mouvement fonctionnaliste qui voit le jour. Ce mouvement est parfaitement défini par Raymond Guidot dans son ouvrage Histoire du Design : 1940-1990 : « Il s’est agi bien davantage d’une rationalisation de la forme, fondée à la fois sur une étude ergonomique très poussée, sur le choix du matériau en fonction de ses capacités, sur les techniques industrielles de la mise en œuvre. D’où une esthétique générale que le parti fonctionnaliste amène à la sobriété ». Il poursuit en introduisant la notion de « bonne forme » : « Cette beauté fonctionnelle qui, dans les années cinquante-soixante, conduira à la notion de « good form » aux Etats-Unis, et en Grande-Bretagne ou de « gute Form » en Allemagne, émane d’une forme à laquelle il n’y a rien à ajouter, rien à retrancher – autrement dit, d’une forme aboutie. »[2].

Vues d’exposition de l’UAM au pavillon de Marsan, 1930 et 1932.
© Bibliothèque du MAD / Photographe : Jean Collas. Cote : SAM A 300

          Le Salon des années 1950 n’est par ailleurs plus seulement un des organes en charge de l’éducation, ou plutôt l’inculcation, de valeurs ménagères et natalistes aux femmes, mais bien un outil au service de la Reconstruction du pays et de la relance de l’économie par la consommation. Si ce programme peut paraître gargantuesque, la fréquentation du SAM au fil des années nous montre bien que les Français affectionnent ce lieu et le visitent volontiers. En effet, si le SAM a connu une augmentation stable, et ce depuis son ouverture (on passe de 100 000 visiteurs pour 200 exposants en 1923 à plus de 600 000 visiteurs pour 1200 exposants en 1939), c’est après la Seconde Guerre mondiale, en 1950, qu’il passe le cap du millionième visiteur annuel.

          Si le Salon des Arts Ménagers concentre l’attention des visiteurs et de la presse durant un mois dans l’année (généralement en mars), un autre organe continue quant à lui de promouvoir les idées du SAM tout au long de l’année : sa revue mensuelle.

Il y aura au total six itérations de la revue des arts ménagers. La première, Art Ménager est publiée de mars 1927 à août 1939. Suivie au sortir de la Seconde Guerre mondiale, en 1949, de la revue Arts Ménagers et culinaires qui devient Arts Ménagers en 1950.
Ces publications mensuelles pilotées par la famille Breton, André Jules-Louis, puis son frère Paul, se veulent être plus qu’une simple extension du Salon mais bien le moyen de promouvoir les idées natalistes et hygiénistes défendues par les Breton, et plus largement par le commissariat du SAM.

Qui plus est, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, quand L’Art Ménager devient Arts Ménagers, il devient aussi un outil au service de la Reconstruction et du gouvernement. Ces revues traversent l’histoire du Salon et en sont un témoin précieux. Elles nous indiquent les choix opérés par ses organisateurs pour permettre à la ménagère, et par extension à sa famille, de mieux vivre, mieux se loger, mieux se nourrir, mieux se vêtir.

Au fil des pages s’égrènent tout aussi bien des recettes de cuisine, des patrons et tutoriels pour confectionner un vêtement, mais aussi les textes de l’hygiéniste française Paulette Bernège, ou des allocutions du ministre de l’Education, ou de la Reconstruction et de l’Urbanisme.

Après avoir connu une époque fastueuse, le Salon, tout comme sa revue, perdent l’intérêt du grand public à partir de la fin des années 1970. La revue Arts Ménagers est intégrée à la Madame Figaro et cesse d’être publiée en 1973. Le Salon suivra dix années plus tard et fermera définitivement ses portes en mars 1983, soixante ans après le premier salon de Jules-Louis Breton.

          Certaines figures du SAM et de sa revue, au nombre desquels on trouve son ultime commissaire général Jacques Rouaud, ainsi que Christian Mallet (l’attaché de presse du SAM) et Anne-Marie Pajot (journaliste dans la revue Arts Ménagers) fondent l’association des Arts Ménagers en 1984.

Cette dernière avait pour but de préserver le patrimoine mobilier et intellectuel du SAM, en lien permanent avec le CNRS qui est le déposant du fonds à la Bibliothèque du Musée des Arts Décoratifs. La même année, cette association entre en contact avec la conservation de l’UCAD afin d’y verser une partie de ses archives.

Afin de cerner la destination de ce fonds, il a donc fallu retrouver les documents échangés entre l’association, le CNRS et la direction du musée en 1984. Une lettre de Jacques Rouaud adressée à Philippe Didier, Secrétaire Général du CNRS, à Hervé de Looze en sa qualité de président de l’association Formes Utiles et à Daniel Janicot, directeur de l’Union Centrale des Arts Décoratifs (UCAD) datée du 25 juin 1984[3], manifeste la volonté de déposer à l’Union Centrale la partie des archives non administratives. Outre le descriptif de ces archives, cette note fait état de la bibliothèque du Salon des Arts Ménagers, ainsi qu’un certain nombre d’affiches et de mobilier devant être déposés dans les collections de l’UCAD. Cette liste mentionne en détail les typologies d’objets ainsi que leur encombrement. Il s’agit, à ma connaissance du document le plus détaillé concernant les archives entretenues par l’Association des Arts Ménagers. Il est aussi intéressant de noter que ce document explicite la raison de ce dépôt, plus particulièrement en ce qui concerne les photographies et les imprimés. La volonté de l’Association des Arts Ménagers et de la conservation du musée des Arts Décoratifs était de créer un centre de documentation ouvert à tous. Ce « centre documentaire » devait être attaché au département XXème siècle du musée.

Nous pouvons formuler l’hypothèse que si le choix de l’institution à laquelle confier ces archives s’est portée sur les Arts Décoratifs c’est parce que de nombreux liens existaient déjà entre les deux institutions, et ce depuis de nombreuses années.

En 1949, Paul Breton alors déjà Commissaire général du Salon, apparait dans la liste du Comité d’honneur de l’exposition Formes Utiles qui s’est tenue au Pavillon de Marsan. La présence de Breton dans les comités d’expositions de l’UCAD ne se limite pas à cette manifestation, il participe aussi à la Première Triennale d’Art Français Contemporain en 1956, à Vie quotidienne 1962 en 1962, à Formes Industrielles : Une exposition internationale en 1963. Les collections de la Bibliothèque du Musée des Arts Décoratifs (BAD) ont aussi été enrichies par plusieurs dons de Paul Breton.

Vue de la première exposition Formes utiles au pavillon de Marsan 1949-50.
© Bibliothèque du MAD / Photographe : Jean Collas. Cote : SAM A 300

Le fonds déposé à la BAD se divise en deux grands ensembles : des archives, ainsi que des imprimés.

Il complète le fonds concernant le fonctionnement administratif et les vues photographiques du salon déposé en 1985 aux Archives Nationales, consultable sur le site de Pierrefitte-sur-Seine[4].
En effet, conscients de l’importance de la manifestation qu’ils organisent, les Breton, tout d’abord sous l’impulsion de Jules-Louis, puis de ses fils, ont mis en place un système de campagne photographique étendue.

L’intégralité du Salon est photographiée : stands, allées, vues d’ensemble, objets, visites officielles, déjeuners organisés pour la presse, rien n’échappe à l’œil des photographes venus capturer la foule de parisiens et de provinciaux qui visitent le SAM, ou le fracas cognitifs des stands qui se veulent de plus en plus hauts, de plus en plus grands, pour se démarquer visuellement de leur concurrence. Ces photographies sont encouragées et cataloguées. Elles sont compilées dans une somme de plus de milles albums conservés aux Archives Nationales d’une part et dans les archives de la BAD d’autre part.

Les 500 albums conservés à la BAD semblent provenir des bureaux de la rédaction de la revue Arts Ménagers. Classés par typologie d’objets ou par unité de lieu, ces reportages photographiques témoignent de l’évolution des formes industrielles de 1925 à 1971. Ils sont accompagnés d’un ensemble de fiches techniques se reportant à la numérotation des albums photographiques.

Au gré du dépouillement des albums photographiques et des fiches techniques, il s’est avéré que certains des objets déposés au musée correspondaient à des photos et des fiches retrouvées dans le fonds, ce qui vient renforcer la corrélation entre le fonds d’archives et les œuvres déposées au musée.

Fiches techniques. Cotes : SAM A 634 et SAM A 699

À cela s’ajoutent un autre ensemble de plusieurs milliers de tirages photographiques noir et blanc et parfois sépias ou couleurs, ainsi que des vues stéréoscopiques couleurs et des ektachromes. Ces tirages documentent la vie du SAM de 1936 à 1982, mais aussi de certaines expositions organisées par le commissariat général du Salon, comme le Salon de la France d’Outre-Mer (1940 et 1945), l’Exposition des Techniques Américaines (1946), l’Exposition Universelle et Internationale de Bruxelles (1958). Ils sont aussi le témoin des activités des revues Arts Ménagers.

Enfin un ensemble de documents permet de cerner les activités extérieures du SAM. Ces activités comprennent l’organisation du Pavillon de la France lors de l’exposition universelle de Bruxelles en 1958, ainsi que le commissariat de plusieurs pavillons français de la Triennale de Milan.

À la suite du dépouillement et du classement de ces archives, un instrument de recherche a été rédigé et est maintenant disponible pour les chercheurs : albums photographiques : cotes SAM A 1-501 ; photographies : SAM A 502-549 ; albums presse : SAM A 550-633 ; fiches techniques : SAM A 634-700 ; documentation : SAM A 701-714. Pour toute consultation, veuillez effectuer une demande en envoyant un message à bibliotheque@madparis.fr

Quarante ans après sa fermeture, l’importance du Salon des Arts Ménagers au regard de l’élaboration d’une histoire du design français est de plus en plus manifeste. Le sujet a déjà été abordé notamment dans la thèse de doctorat de Claire Leymonerie Le Temps des objets. Une histoire du design industriel en France, 1945-1980 publié en 2006 et dans plusieurs expositions dont une qui s’est tenue en 2022 aux Archives Nationales à Pierrefitte-sur-Seine (à laquelle la Bibliothèque des Arts Décoratifs a participé).

À travers ses albums photographiques et ses vues stéréoscopiques en couleurs, ce fonds nous plonge dans l’évolution des formes mais aussi de nos modes de consommation, et peut-être plus important encore, de nos modes de vie.


[1] Charlotte PERRIAND, Une vie de création, Paris, Odile Jacob, 1998, p. 82.

[2] Raymond GUIDOT, Histoire du design : 1940-1990, Paris, Hazan, 1994, p. 54.

[3]  Lettre du 25 juin 1984, Jacques Rouaud à Philippe Didier, copie Hervé de Looze et Daniel Janicot. Bibliothèque des Arts Décoratifs,dossier documentaire XXe SAM.

[4] Fonds du Commissariat général du salon des arts ménagers, 1923-1985, Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine, archives administratives cotes 19850023/1-19850023/721 ; albums photographiques cotes 19850024/1-19850024/171 ; Expositions, salons et manifestations organisés par le commissariat général ou auxquels il a participé cotes 19850025/1-19850025/180 ; Affiches cote 19850028 ont été reclassées et recoté en 2004. Instrument de recherche disponible en ligne : https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/ir/pdfIR.action?irId=FRAN_IR_059407


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search